25/10/2007

Le centre est un trou noir politique

 

 

 

 

 

 

  

 

Concrètement, le plaidoyer pour un « centre fort » ralliant plusieurs partis susceptibles de partager une croyance centriste n’est qu’un appel au  suicide collectif. Le « centre » ne désigne en effet rien en politique sinon le point d'intersection qui résulte, au cas par cas, de la dialectique gauche-droite ; il n’y aura donc jamais d’identité politique forte au centre. Pire, la position centriste n’existe pas puisqu’elle ne se dessine qu’en réaction aux affirmations politiques d'un pôle de droite opposées à celles d'un pôle de gauche. Partout en définitive,  le centre n’est nulle part a priori, ce qui constitue en outre la négation de l’idée même de l’action politique. Le centre n’est d’ailleurs pas un programme mais une posture, celle qui consiste à laisser à d’autres la tâche d’affirmer des positions politiques et à se réserver le droit d’y répondre en se plaçant à équidistance des unes et des autres. D’ailleurs, si par impossible un parti « du centre » formulait une idée innovante, la dialectique qui s’engagerait  alors avec ses contradicteurs irait placer ailleurs le  centre du débat. Enfin, souvent dans le camp des vainqueurs, le centre ne célèbre jamais ses propres victoires car c’est toujours la victoire d’un tiers que son ralliement a favorisé. Il s’en suit que l’idée de constituer un « centre fort » par la juxtaposition de plusieurs partis centristes est un contresens. En adoptant à plusieurs l'attitude opportuniste et parasitaire qui consiste à attendre que les autres définissent le cadre du débat, les membres de cette association centriste et  réactionnaire ne parviendraient qu’à appauvrir le débat et à s’abîmer dans l'insignifiance. Appeler à fonder un centre qui réunirait radicaux, verts et quelques socialistes autour d'un trou noir politique dont le centre serait le PDC revient à lancer un appel au suicide collectif de la politique.

14:54 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | |

Commentaires

Cher Mr Nidegger, autant je crois que nous avons les idées politiques les plus différentes qui soient, autant je suis presque entièrement d'accord avec vous sur ce post. La politique est un lieu d'affrontement d'idées et de positions, pas un consensus mou qui ne dit jamais rien de clair mais va où mène le vent des élécteurs (il n'y a qu'à entendre la rengaine du PDC sur ses "94% d'approbation par le peuple"). Mais, si je puis me permettre, c'est quand même un peu "paradoxal" venant de quelqu'un qui est à "l'Union démocratique du CENTRE"... non?

Écrit par : Sandro Minimo | 25/10/2007

Vous m'enlever les mots de ... mon clavier, Monsieur Sandro Minimo!...
.... Union Démocratique du Centre, c'est paradoxal !

Monsieur Nidegger nous prouve par A + B que ce parti n'est qu'un paravent à n'importe quoi! Il est clair que CENTRE qui est mis en cause par les membres UDC eux-mêmes, peut être étendu à DÉMOCRATIQUE
qui est tout aussi "bidon" que CENTRE pour ces gens là !

Écrit par : L'anar de droite | 25/10/2007

Vos propos confirment ce que mes amis et moi pensons: vous êtes un parti extrémiste. Les genevois n'ont pas pu s'en apercevoir, parce que vous n'êtes pas au pouvoir.
Mais les partis extrémistes aui pouvoir, qu'ils soient de droite ou de gauche ont toujours amneé des catastrophes. Voilà la réalité que votre discours fumeux, quoique géométrique ne saurait obscurcir. Il est d'ailleurs assez fascinant de parvenir à être aussi tortueux en parlant de lignes droites!
Le centre, partout gouverne et fait avancer les choses dans l'ordre. Les extrêmes provoquent des accélérations brutales qui finissent en cul de sac et souvent dans le sang...

Écrit par : Philippe Souaille | 25/10/2007

Le centre est un "trou noir" politique... L'UDC, parti ni du centre, ni démocratique, lui, professe des idées noires... ou brunes.

Écrit par : Ernest-Rob Degudy | 11/11/2007

Pascal nous rappelait cette importante nuance entre un esprit de géométrie et un esprit de finesse.
Monsieur, votre démonstration géométrique est indiscutable. Par contre, sur l'autre plan, ne peut-on envisager de forme d'équilibre que par les polarisations exacerbées (pour vous caricaturer) ?
N'est-il pas envisageable que s'élabore, dans un système démocratique qui a digéré le trop fameux et destructeur schéma de "lutte des classes", une base politique unie, disons-le, au sens Européen de l'historique du mot : "républicaine", au sein de laquelle et plutôt qu'à s'épuiser en vaines querelles dogmatiques (la célèbre "politique politicienne"), les tenants de telle ou telle famille connotée s'unisse - enfin ! - pour tenter de régler ensemble ce point d'EQUILIBRE entre le tout Etat et le tout Libéral qui permette de résoudre les difficultés du quotidien de... pas mal de monde !
Ce "centre" (ou "ensemble" là), m'apparaîrait plus intéressant, d'un point de vue pragmatique, que les bords de la toile tirant en oppositions qui finissent par la faire craquer !
Je vous remercie.

Écrit par : Denis Petitpierre | 30/08/2008

Tout à fait d'accord avec vous quant au contenu matériel de la solution désirable. Reste à trouver la méthode pour y parvenir. En ce sens, mon propos se limite à dire que le centre résulte de la dilectique des propositions (c'est la raison même du débat démocratique) et ne peut donc procéder d'une position a priori, sauf à supposer que ceux qui affirment la dite position se pensent si omnicients et si autosuifisants qu'ils contiendraient à eux seuls tout le débat démocratique...

Écrit par : Yves Nidegger | 31/08/2008

@Yves

Bonjour,

En tant que membre du PDC, je me permets de vous répondre.

"il n’y aura donc jamais d’identité politique forte au centre."

Forcément, puisque le centre appelle à une prise de distance par rapport à certains discours définitivement figés dans l'idéologie. Je ne dis pas que le PDC l'incarne à la perfection, mais le fait est que les électeurs préfèrent parfois le "muscle" au détriment du fond et d'une certaine idée du concensus explique pourquoi le centre n'a jamais été une force politique de poids.

"En adoptant à plusieurs l'attitude opportuniste et parasitaire qui consiste à attendre que les autres définissent le cadre du débat"

Je vous donne un seul exemple pour contredire votre affirmation. Alors que vous soutenez l'initiative des minarets, qui à mon sens n'apporte pas grand chose en terme d'outil efficace dans la lutte contre l'Islam radical, le PDC lui a essayé de plancher sur un programme de fond: http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/archive/2008/08/28/communique-officiel-du-pdc-sur-l-initiative-anti-minarets.html (J'ai ajouté un lien vers le document).

J'aimerais bien, dans le cas précis, que vous m'expliquiez en quoi le PDC a attendu les autre partis pour "définir le cadre du débat"... Et en quoi le PDC devrait accepter d'être taxé de "parasite"?

Au sujet du débat qui a eu lieu sur Infrarouge avec MCR dans lequel vous êtes intervenu, j'ai fait un bref compte-rendu:

http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/archive/2008/09/10/micheline-calmy-rey-sur-infrarouge-impressions.html

Vous remarquerez que j'ai été plus élogieux (enfin, presque) sur vous que sur Barthassat, et ce malgré que je me sente bien dans la famille politique PDC. C'est simplement que je défend l'honnêteté intellectuelle avant la couleur politique. Et que Barthassat a été pitoyable.

Enfin, ma vision de l'extrême-centre:

http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/archive/2008/08/14/l-extreme-centre-doit-il-etre-fatalement-bayrousien-et-mou.html

Et mon blog: http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/

Meilleures

Carlitos de Unamuno

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 12/09/2008

Le centre n'existera jamais pour la bonne raison que les gens qui viennent de gauche et qui goutent au magic pouvoir de l'argent au bout de quelques temps oublient leurs racines?Alors arrêtez avec cela et reconnaissons que la formule magique est finie et il serait bien plus clair pour nous citoyens lors de nos vôtes de savoir pourqui ont vôte. La preuve est Mme Calmy Rey qui depuis qu'elle est au pouvoir se fout de la collégialité ( ce n'est pas moi qui l'invente) et se conduit comme un patron??.
Avec mes meilleures salutations.
jay_royon

Écrit par : jay-royon | 23/09/2008

Le PDC prouve son attachement chrétien.
Selon Jean 13:34-35.
C'est pourquoi, ils sont au centre.
Pour aimer tout le monde.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/09/2008

"C'est pourquoi, ils sont au centre.
Pour aimer tout le monde."

Ou presque.. ? @:-)

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 23/09/2008

Sans parti du centre, la Suisse ne pourrait pas fonctionner. Pour que la collégialités fonctionne, il faut des gens dépourvut d'un poids idéologique à supporter, ouverts au dialogue et pragmatiques. Deplus, de quelle couleur sont les élus des petits villages et communes? Le plus souvent centriste, ou même sans couleur politique. Ils sont simplement présent, à l'écoute et souhaitent faire les bons choix pour la population. `

Écrit par : Riro | 23/09/2008

Les commentaires sont fermés.