23/09/2008

Libre circulation des armées en Europe

 

 

 

Chronique parue dans le Nouvelliste du 23 septembre 2008 

Des aveux complets ! Dans l’Hebdo du 18 septembre, les propos du ci-devant chef de l’armée font tomber un masque de verre. On savait le bateau de la défense suisse à la dérive. On savait son capitaine le nez dans les étoiles, européennes. Boussole et gouvernail jetés par dessus bord. On le supposait orienté vers un cap inavouable : Rendre l’armée suisse OTAN compatible. Et ONU disponible. Jeudi dernier, les aveux de Christoph Keckeis ont levé les derniers doutes : « Pour assurer sa sécurité, la Suisse doit conclure avec ses voisins - comprenez l’OTAN – des accords bilatéraux en matière de défense ».  La libre circulation en Europe appliquée aux chars et aux troupes ! Ceux qui pensaient que l’armée suisse existait précisément pour éviter cela en seront pour leur grade. La vocation de nos soldats désormais : Servir sous le drapeau des Nations unies. Logique : C’est en tuant les conflits partout où ils se trouvent que les militaires suisses assumeront leur mission. Quelle meilleure sécurité pour le pays qu’un monde tout entier pacifié ? Ceux qui croyaient le service étranger aboli en 1815 n’avaient rien compris. La neutralité ? « N’est pas une excuse pour ne rien foutre ! ». Imparable. La défense nationale toucherait au noyau dur de la souveraineté ? Combat d’arrière garde : La Suisse sera demain un canton européen. L’indépendance ? Balivernes : La Suisse importe déjà les pièces détachées de ses avions de combat. Reste que l’OTAN n’est pas une alliance de pure défense. Que l’OTAN a des ennemis. Qui seraient les nôtres. Que la neutralité est inscrite dans les traités depuis celui de Vienne en 1815. Qu’en deux siècles elle s’est toujours imposée, en dépit de tous les visages de l’Europe qui se sont succédés. Que la neutralité reste la seule politique étrangère dont peut rêver un pays de la taille de la Suisse. S’il prétend défendre ses intérêts par un rôle significatif sur la scène diplomatique internationale. Que, oui, des menaces nouvelles sont apparues. Mais les anciennes menaces n’ont pas disparu d’Europe pour autant. Qu’en Ossétie se déroule un conflit parfaitement classique : Aviation, chars et infanterie. Alors, qui voudrait d’une libre circulation des tanks et des troupes en Europe ? Hormis le général en retraite d’un chef de département en préretraite ?

11:47 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | |

Commentaires

La neutralité est un concept et comme il est unique, certains voudraient lui en rajouter d'autres termes. Comme active, chrétienne, laïque et tant d'autres.
La neutralité a l'avantage de ne pas avoir un ... prix.
Ne pas se mêler des affaires des autres (l'ingérence) est une attitude, qualifiée selon l'humeur du moment, de ... dépassée.
Ce qui frappe le plus, dans l'actualité de l'année, est l'implication certaine, des médias (pour ne nommer qu'eux) dans les élections américaines.
L'implication que d'autres attendent.
Concernant le Kosovo, par exemple, ce n'est ni le seul, ni le plus ancien mouvement d'indépendance, en Europe.
Pourtant, c'est le seul, qui ait eu une ... issue.

La Savoie, le pays basque, la Corse, peuvent ... attendre.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/09/2008

je ne suis pas en désaccord avec vous mais ce que veux dire M. Keckeis n'est pas de conclure des accord avec l'OTAN mais bien avec nos vosins directes, ce qui en soi est profondément différent. Par contre, pour avoir participé à des tirs de vérification (Swiss Rapier Firing test 02)en Ecosse, je peux vous dire que non seulement nous avons besoin d'effectuer des entraînements en collaboration avec nos voisins mais que ceux-ci sont aussi sources de motivations ! Rien ne nous empêche d'ailleurs de participer à une défense coordonnée en europe tout en restant indépendant quand à notre politique étrangère.

Ceci dit je suis impatient de voir comment votre parti va se comporter face au vote sur le programme d'armement ! Allez vous encore une fois donner raison à la gauche ?? J'espère que non !

Écrit par : Pascal Kümmerling | 23/09/2008

On aurait pu mentionner, comme exercice à l'étranger, ceux de l'aviation militaire, en Israël.
Mais cela ... prouverait simplement qu'il n'y a juste pas de politique coordonnée, du Conseil Fédéral.
Entre Micheline Calmy-Rey, qui va, voilée en Iran ... et les militaires ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/09/2008

Et voila... Votre parti fait le jeu de la Gauche et ne respecte pas la volonté populaire ! Lamentable et irresponssable !

Écrit par : pascal kümmerling | 24/09/2008

Cher Monsieur Kümmerling. Au jeu de "qui fait le jeu de qui", il y a parfois des surprises.Il y a aura dans ce dossier. Contrairement à votre impression, l'UDC ne fait aujourd'hui qu'instrumentaliser le vote (prévisible) de la gauche au profit d'un impératif politique, que vous partagerez sans doute : Imposer une débat urgent sur le rôle et la mission de l'armée, dont beaucoup admettent qu'elle est à la dérive. Quel autre moment pour le faire que celui où le parlement est appelé à se prononcer? Dès que le nécesaire recadrage aura été obtenu, les moyens nécesaires seront votés. Dès décembre, pour les crédits de fonctionnement et certains investissents urgents. Le reste sera débattu. Démocratiquement.

Écrit par : Yves NIDEGGER | 24/09/2008

Ce qui est bien, c'est qu'enfin l'ours bernois réfléchi à la démission.
Ce qui est mal, c'est anticiper le coût de son départ ... à la retraite ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 24/09/2008

Oui j'ai bien compris cette position, mais il me semble qu'à travers cette "option" politique le but est de déboulonner S. Schmid. Certes, je peux comprendre cet état de fait bien que je ne l'approuve pas. Cependant je pense que votre parti aurait dû laver son "linge sale" en famille et non profiter de cette occasion ! Bon visiblement cette stratégie semble marché puisque M. S Schmid déclare "songer à sa démission"! Il n'en reste que cette façon de faire m'apparait un peu cavalière !

Vous écrivez " sur les missions de l'armée, le recadrage et le fait qu'elle semble à la dérive" ! en ce qui me concerne, il m'apparaît surtout que suite au vote d'Armée XXI, largement approuvé parle peuple, cette modélisation comprenait des crédit de 4,3 milliards par année(les missions étant claires), hors, le parlement n'en à approuvé que 3,7 !! Je vous pose donc ces questions : Les problèmes de l'armée ne sont-ils pas finalement liés à ce manque de crédit ? Et n'est-ce par là un non respect de la démocratie que de ne pas suivre la décision de la majorité du peuple ?

Dans l'attente de vous lire, Salutations

Écrit par : Pascal Kümmerling | 24/09/2008

"Il n'en reste que cette façon de faire m'apparait un peu cavalière !"

Quelle est votre opinion sur le 13.12.2007 ?
Était-ce là aussi une façon "cavalière" ?

Berlusconi est revenu, pourquoi pas Blocher ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 24/09/2008

A victor : je n'ai rien contre Blocher et il est vrai que cette coalition pour l'évincer ne m'apparait pas juste ! Cependant, S. Schmid n'y peu rien et même si on lui à demandé de démissionner (si on peu juger celà correct)on devait le laisser terminer ce qu'il a commencé et négocier une porte de sortie...!

Écrit par : Pascal Kümmerling | 24/09/2008

Bonsoir Monsieur le Conseiller national,

Juste une petite question, par curiosité : quel est votre grade à l'armée ?

Bien à vous,

Murat Julian ALDER, Président des jeunes radicaux genevois
Candidat à l'élection de l'Assemblée constituante (liste n° 1)

Écrit par : Murat Julian ALDER | 16/10/2008

"Ce qui frappe le plus, dans l'actualité de l'année, est l'implication certaine, des médias (pour ne nommer qu'eux) dans les élections américaines."

Et des banques suisses, donc.

Écrit par : Johann | 16/10/2008

simple soldat, Monsieur Alder

Écrit par : Yves Nidegger | 16/10/2008

Les commentaires sont fermés.