07/04/2009

Vingt animaux malades de la peste

Chronique parue dans le Nouvelliste du 6 avril 2009

Yves-007305.jpg

Un mal qui répand la terreur. Mal que le Ciel en sa fureur inventa pour punir les crimes de la terre. La crise, puisqu'il faut l'appeler par son nom, capable d'assécher en un jour le Libor, faisait aux nations du G20 la guerre. Elles ne mouraient pas toutes mais toutes étaient frappées. Toutes occupées au chevet de leur mourante économie. Nulle entreprise n'excitait plus leur désir. Nul trader, nul gérant n'épiait le client. Les banquiers se fuyaient. Plus de confiance et  partant plus d’argent. L’Amérique tint conseil et dit : « Mes chers amis, je crois que le Ciel a permis pour nos péchés cette infortune. Que le coupable se sacrifie aux traits du céleste courroux, peut-être obtiendra-t-il la guérison commune. L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents on fait de pareils dévouements : Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence l'état de notre conscience. Pour moi, satisfaisant à mes appétits gloutons, j’ai provoqué crise des subprimes, mort du crédit puis de mes banques et ainsi dévoré force emplois dans force nations. Que m'avaient-ils fait? Nulle offense. Même, il m'est arrivé quelquefois de ruiner des caisses de pension. Je me dévouerai donc, s'il le faut, mais je pense qu’il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi : Car on doit souhaiter, selon toute justice, que le plus coupable périsse ». Sire, dit l’Angleterre, « vos scrupules font voir trop de délicatesse. Détruire marchés et emplois, est-ce un pêché? Non, non. Vous leur fîtes, en les ruinant, beaucoup d'honneur. Et quant aux caisses de retraites, l'on peut dire qu’elles étaient dignes de tous maux, étant de ces gens-là qui comptent sur la bourse pour payer les pensions». Ainsi dit l’Angleterre et flatteurs d'applaudir. On n'osa trop approfondir de l’Allemagne ou de la France, ni des autres puissances les moins pardonnables offenses: Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples pékins, au dire de chacun, étaient de petits saints. La Suisse vint à son tour et dit: « J'ai souvenance qu’en respectant mes propres lois,  les accords avec autrui signés et aussi ma conscience, je refusai de livrer au fisc étranger ceux qu’à mon propre fisc je n’aurais pas livrés. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. A ces mots on cria haro sur le secret. Une île, quelque peu glauque, prouva par sa harangue qu'il fallait dévouer ce maudit pays, ce pelé, ce galeux, d'où venait tout le mal. Sa peccadille fut jugée un cas pendable. La double incrimination ! Quel crime abominable ! Rien que la mort n'était capable d’expier ce forfait: on le lui fit bien voir.

Selon que vous serez coupable ou corvéable, les listes du G20 vous feront blanc ou noir.

(D’après Jean de La Fontaine)

 

08:53 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |

Commentaires

Tout ça c'est bien beau, mais on entend pas l'UDC se manifester, monter aux barricades et défendre ce qui peut encore être défendu!
Alors comme bon nombre de gens le disent, les partis politiques, tous les mêmes et le résultat c'est les élections neuchateloises! Après se sera l'anarchie!

Écrit par : Corélande | 07/04/2009

Pas mal, cet essai de pastiche de La Fontaine, on ne peut qu'y adhérer, mais....
Mais "ce mal qui répand la terreur" qui l'a semé, laissé germer et enfler jusqu'à en devenir mortel ? Ne sont-ce pas les milieux que vous défendez habituellement, pour lesquels vous vous battez avec toute la fougue et la verve qui sont les vôtres ?
C'est un peu tard d'ironiser maintenant en faisant semblant d'ouvrir les yeux. N'eussiez-vous pas dû le faire plus tôt ?

Écrit par : gamine | 07/04/2009

Très bon pastiche de La Fontaine ...

Cette fable est particulièrement bien adaptée à la circonstance, même si la Suisse n'est pas membre du G20, contrairement à l'âne de la fable ...

Cela ne change rien, à la morale de l'histoire, mais devrait tout de même nous inciter à réfléchir sur notre avenir au sein du G1 ...

Difficile d'avoir raison lorsqu'on est tout seul ...

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/6fdc708c-e646-11dd-b87c-1c3fffea55dc/La_solitude_suisse

Qu'en pense-t-on à l'UDC ???

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07/04/2009

"Qu'en pense-t-on à l'UDC ???"

Ca changerait quoi d'être en compagnie de la Belgique, de l'Autriche et du Luxembourg, qui sont dans le même collimateur que nous ?

Nous, nous avons encore la maîtrise de notre politique monétaire et une monnaie solide, eux, n'ont même plus ça.

Maintenant, il y a les copains que pourrait nous ramener Ziegler : Mugabe, Castro, Chavez, Kim Jong-il et quelques autres, mais comme on dit "Mieux vaut être seul que mal accompagné".

Écrit par : Scipion | 07/04/2009

20 animaux avec la peste
82 contamines sur une liste grise
mais un seul avec 30% de la fortune mondiale, vous qui savez compter ! trouvez vous que cela est une realite acceptable ???

Écrit par : 100blagues | 08/04/2009

100blagues, pour 100balles tu devrais savoir que la stabilité politique d'un pays, le nôtre en l'occurence, est également un critère pour un financier ou un économe de placer son argent à l'extérieur de son pays.
La première question c'est : Pourquoi le font-ils hors de leur frontière ?
la deuxième question c'est : Pourquoi en Suisse et pas chez les autres "gris" ?
Les réponses sont dans les questions.
Alors fini de tirer à boulets rouges sur notre pays et nos valeurs, ou alors ceux comme toi, sont-ils ou restent-ils dans ce beau pays pour participer à sa déstabilisation afin de nous jeter dans la gueule de l'Europe?
Rendez-vous sur www.asin.ch pour signer la pétition.

Écrit par : Corélande | 08/04/2009

Les commentaires sont fermés.