22/10/2009

L’interdiction des minarets, une tradition radicale

 

Yves-007305.jpg

L'ajout à l'article 72 de la Constitution (qui charge la Confédération et les cantons de préserver la paix religieuse en Suisse) d’un alinéa 3 interdisant l'érection de minarets ressemble à s'y méprendre aux articles de la Constitution radicale de 1874 bannissant la création d’évêchés (art. 50 al. 4)[1], la fondation de couvents (art. 52), la présence de l’Ordre des jésuites (art. 51) ou rendant inéligibles les ecclésiastiques au Conseil national.

 

Ces interdictions n’ont rien d’archaïques puisqu’elles sont restées en vigueur jusqu’à la révision constitutionnelle de 1999, voire jusqu’au referendum du 13 juin 2001 pour les évêchés. C’est dire, d’une part, que jusqu’à ce jour ou presque, la moitié catholique de la population suisse s’est accommodée d’importantes intrusions  de l'Etat dans la liberté d'une Eglise à s'organiser librement. D’autre part, que ces intrusions ne constituent pas une atteinte au noyau dur de la liberté de croire et de célébrer le culte de son choix, garantie par la Constitution de 1874 autant que par l’actuelle.

 

Ces interdits historiques résultent de la méfiance des radicaux envers une Eglise catholique soupçonnée, non sans  raison à l’époque du Kulturkampf, d’exercer sur ses fidèles une influence morale à la limite du conflit ouvert avec le droit de l’Etat laïc.

 

Ce même soupçon s’exprime aujourd'hui à l'encontre de la charia islamique. Ceux qui demandent l’interdiction des minarets considèrent en effet que la volonté d'affirmer une présence visible de l'Islam en Suisse, symbolisée par l'érection de minarets, constitue l’aveu d’une revendication implicite à exiger des croyants musulmans une soumission à la loi religieuse en conflit potentiel avec la loi civile.

 

Loin d’introduire une rupture de tradition, la demande d'interdiction des minarets s’inscrit  dans le droit fil du radicalisme suisse, à la suite de l’interdiction des évêchés et des jésuites, notamment. Et comme ses précédentes, elle ne porte pas atteinte au noyau dur de la liberté de croire et de pratiquer le culte de son choix

 

L’initiative ouvre un débat, par ailleurs utile, sur les limites de la multi-culturalité en fournissant un porte-voix aux craintes d’une partie importante de la population, confrontée à des revendications de visibilité en soi recevables mais problématiques dès lors qu’elles émanent d’une minorité démographiquement dynamique et dont le rapport au religieux, plus que la religion elle-même, lui semble incompatible avec la laïcité moderne.

 

Pour autant, le texte de l'initiative ne constitue pas une réponse aux questions qu’il pose, une restriction de police des constructions n’ayant pas vocation à agir sur les données d’une problématique essentiellement démographique.



[1] Soumettre la création de nouveaux évêchés à l’autorisation d’un Conseil fédéral alors composé de sept membres radicaux revenait à l’interdire, ce que les Catholiques ont bien compris. 

08:42 | Lien permanent | Commentaires (72) | |  Facebook | |

Commentaires

Oui, ce n'est pas nouveau, les interdictions et bannissements en Suisse. Notre congrégation de sœurs, par exemple, s'est trouvée encadrée chez les "franciscains", par crainte de l'influence jésuite. Et de leur bannissement! Les conséquences durent, aujourd'hui encore. La multi-culturalité, comme la multi-racialité, la multiethnicité ont des limites à respecter, nous nous en rendons compte en Afrique du Sud par exemple.

Écrit par : cmj | 22/10/2009

Vous avez jeté une pierre dans le jardin "radical".

Écrit par : oceane | 22/10/2009

oceane, vu l'état du parti radical, j'aurais plutôt dit : un jardinet ou une terrine !

Écrit par : octave vairgebel | 22/10/2009

L'excellence "radical" n'est pas en proportion de la grandeur du jardin, cher Octave.

Écrit par : oceane | 22/10/2009

Pour comprendre l'initiative contre les minarets, il faut savoir ce qui suit:

Les musulmans sont en train de multiplier leurs revendications en Suisse et sont confrontés à une résistance de la part de la majorité chrétienne qui ne comprend pas pourquoi par exemple les femmes musulmanes portent le niqab, voire la burqa dans leur pays. Même la Jordanie http://www.ammonnews.net/article.aspx?articleNO=42114 veut l'interdire parce que des voleurs s'y cachent, et à Londres http://www.debbieschlussel.com/2886/more-burka-clad-crime-the-burka-terrorist/ des terroristes s'en sont servis. Plusieurs demandes de construction de minarets (avec l'aide de l'Arabie saoudite qui ne respecte pas la liberté religieuse des chrétiens) ont été déposées, et la population y est hostile parce qu'elle ne veut pas que ces minarets soient utilisés pour lancer l'appel à la prière. Les musulmans disent qu'ils ne vont pas s'en servir, mais en fait ils s'en sont servi en Allemagne malgré leur promesse de ne pas le faire. C'est la raison pour laquelle une initiative a été lancée contre la construction des minarets.

La question qui se pose est celle-ci: est-il nécessaire d'avoir des minarets pour pratiquer la religion musulmane en Suisse? La réponse est non. La mosquée Al-Aqsa à Jérusalem n'a pas de minaret, et pourtant on y prie. Il existe en Suisse plus de 200 lieux de culte, et les musulmans (en majorité des étrangers) pratiquent librement leur religion en Suisse, contrairement aux chrétiens en Arabie saoudite qui construit les mosquées en Suisse. Aucun lieu de culte musulman n'est attaqué en Suisse alors qu'en Égypte pratiquement chaque semaine les lieux de culte des chrétiens (des citoyens égyptiens!) sont attaqués par des musulmans. Si les minarets ne seront pas utilisés - comme le promettent les musulmans -, et si les minarets ne sont pas nécessaires pour pratiquer le culte, pourquoi dans ce cas les construire?

Si demain l'initiative contre les minarets échoue, les musulmans vont réclamer des minarets partout, et il y aura des oppositions de la part de la population, avec des recours aux tribunaux à ne plus finir. La paix confessionnelle sera troublée, et les musulmans en seront les premiers perdants. Si la paix confessionnelle est au prix de la renonciation à des minarets inutiles et inutilisables, il vaut mieux renoncer à ces minarets dans l'intérêt même des musulmans. Pour cette raison j'invite les musulmans de nationalité suisse à voter en faveur de l'initiative contre les minarets, parce que c'est dans leur intérêt d'avoir la paix confessionnelle en Suisse. Sans paix confessionnelle, la vie sera infernale en Suisse. C'est la raison pour laquelle je voterai en faveur de l'initiative contre les minarets.

Voir à cet égard: http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch/archive/2009/10/10/position-en-faveur-de-l-initiative-contre-les-minarets-en-tr.html

Écrit par : Sami Aldeeb | 22/10/2009

A la différence prêt que le peuple et les radicaux se sont aperçu de l'absurdité des restrictions envers les catholiques et ont supprimé ces articles.

Alors que l'UDC et l'UDF veulent revenir à une conception de la religion et de l'Etat qui était en vigueur en 1874 !!!

Si on veut combattre une certaine forme d'extrémisme mulsulman, il faut s'attaquer aux vrais problèmes (formation des imams, condamnation pénale des propos inadmissibles, ...) et non s'attaquer à un symbole. Car ce ne sont pas les minarets qui tuent des innocents, ce n'est pas les minarets qui voilent les femmes, ...

Écrit par : Philippe C | 22/10/2009

Votre dernier paragraphe résume parfaitement l'inanité de cette initiative. Et par voie de conséquence, l'opportunisme malsain dont votre parti est coutumier.

Décidement, "métastases" était le mot juste...

Écrit par : Azrael | 22/10/2009

Cher Sami,

Ne mélangeons pas tout. Actuellement les minarets ne sont pas interdits et il n'y a pas de prolifération comme vous le laissez entendre.
Les musulmans ne l'ont pas fait jusqu'à présent, pourquoi le feraient-ils demain ?

Et pour mémoire, les lois actuelles (construction, loi sur les cultes, ordonnance sur le bruit, ...) limite fortement ce qui est possible de faire.

Et franchement, le minaret du Pt-Saconnex dérange-t'il ?

Écrit par : Philippe C | 22/10/2009

En même temps, ce sont les radicaux qui ont permis l'établissement d'églises catholiques à Genève, de la synagogue, de l'église russe et d'un temple maçonnique. La séparation de l'église et de l'Etat n'est pas figée, les rapports évoluent, il faut s'adapter, édicter de nouvelles règles à de nouvelles situations.
Il importe aussi de savoir les placer au bon endroit. Et du point de vue des Radicaux d'aujourd'hui, interdire les minarets par principe n'est pas le bon endroit, ni le bon moyen de contenir l'islam radical.
C'est une analyse de maintenant, faite également à l'examen d'éventuelles erreurs du passé. Chacun peut en commettre, n'est-il pas, et puisqu'on parle de religion, vous-mêmes n'avez vous pas été jadis membre d'une secte mooniste qui avait la malencontreuse manie de mêler religion, économie et politique dans un cocktail disons potentiellement subversif ?
Une erreur de jeunesse que l'on ne saurait vous reprocher indéfiniment... Sauf lorsque vous vous mettez à déterrer les fantômes du passé.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/10/2009

Cher Phlippe C

Même si votre voisin est honnête, vous mettez une serrure à votre porte. Si vous ne le faites pas, aucune assurance au monde ne vous paie en cas de vol.

Une loi interdisant les minarets vise à ne pas se laisser bercer d'illusions ou de se faire surprendre. Si demain l'initiative échoue, qui garantira qu'il n'y aura pas de multiples demandes de construction de minarets? Et sans doute l'Arabie saoudite et autres pays musulmans se feront un malin plaisir à les financer. Evidemment il y aura des recours.... ce qui va occuper les avocats et encombrer les tribunaux... avec ce que vous pouvez imaginer comme haine inter-communautaire. Et l'Arabie saoudite est prête à financer autant de recours que possible.

Et une fois les minarets construits, comment entendez-vous interdire leur utilisation? Ils vont vous dire: pourquoi les cloches et pas les muezzins? êtes-vous islamophobe? Et on sera obligé de céder par peur des attentats et des sanctions économiques. Et ne me dites pas que les minarets ne serviront pas pour lancer la prière. Les musulmans en Allemagne ont promis de ne pas les utiliser, et pourtant ils ont manqué à leur promesse.

Puisque les minarets ne sont pas nécessaires pour la pratique religieuse, et selon vous ils ne vont pas être utilisés pour lancer l'appel à la prière (leur but principal), alors pourquoi les permettre?

Dans l'intérêt de la paix confessionnelle, fermons la porte de la discorde. Ceci est aussi dans l'intérêt des musulmans.

Écrit par : Sami Aldeeb | 22/10/2009

Cher Sami,

Si je vous comprends bien, il faut interdire les vaches car des paysans pourraient peut-être y mettre des cloches et déranger les habitants des villas ?

Pour le SEUL cas d'un appel à la prière en Allemagne, cas où la mosquée à été rappelée à l'ordre et l'appel a été supprimé depuis, faut-il interdire les minarets alors qu'en plus de 30 ans au Pt-Saconnex, il n'y a eu aucun cas d'appel à la prière depuis le minaret !
Interdisons les aiguilles à tricoter car une Gramd-Mère pourrait peut-être un jour les planter dans la jambe de son mari ???

Les 4 minarets de Suisse ne créent pas de trouble au voisinage, alors, oui, je voterai contre cette loi qui veux, il ne faut pas se leurrer, "emm..." les musulmans de Suisse.

Quand des fondamentalistes se feront "lavés du cerveau" pour aller poser des bombes devant les ambassades de Suisse en représailles...

Qu'est-ce qui sera plus dangereux pour la Suisse : 2 minarets de plus ou 10-20 morts ?

Écrit par : Philippe C | 22/10/2009

Qui a oublié la polémique soulevée par la cinéaste Veuve concernant la pollution sonore des cloches des vaches non loin de chez elle, il y a quelques années.

Alors, il ne faut pas interdire "les vaches", mais le bruit, comme pour les mosquées, les minarets.

Écrit par : oceane | 22/10/2009

Votre dernier argument est très intéressant: 2 minarets de plus ou 10-20 morts.

C'est l'argument du Conseil fédéral servi sur un plateau d'or aux islamistes. Avec un tel argument, les musulmans peuvent imposer n'importe quoi aux Suisses et à l'Occident. Vous le savez, Al-Qaidah menace la France parce que ce pays voudrait refuser la burqa et le voile intégral... alors que la Jordanie y pense sérieusement du fait que des voleurs s'y sont cachés pour commettre des vols.

Alors poursuivons votre argument:

- 800 minarets ou 10-20 morts
- 800 haut-parleurs sur les minarets utilisables ou 10-20 morts
- autorisation du voile des institutrices et des élèves ou 10-20 morts
- autorisation de la burqa, du voile intégral et du burqini ou 10-20 morts
- soins médicaux pour les femmes musulmanes données par des médecins femmes ou 10-20 morts
- interdiction des mariages entre femmes musulmanes avec des non-musulmans ou 10-20 morts
- interdiction de l'enseignement de la théorie de Darwin ou 10-20 morts
- piscines séparées pour les élèves musulmanes ou 10-20 morts
- abattage rituel ou 10-20 morts
- cimetières séparés pour les musulmans pour qu'ils ne soient pas près de mécréants ou 10-20 morts
- mise à mort de toute personne qui critique l'islam ou 10-20 morts
- mise à mort de tout musulman qui quitte sa religion ou 10-20 morts
- fermeture des radios et des télévisions qui critiquent l'islam ou 10-20 morts.
- renvoi des professeurs universitaires qui critiquent l'islam ou 10-20 morts
- renvoi des conseillers fédéraux ou des parlementaires qui critiquent l'islam ou 10-20 morts
- création de tribunaux musulmans et application du droit musulman pour les musulmans ou 10-20 morts
etc...

Écrit par : Sami Aldeeb | 22/10/2009

800 minarets car ils ne tuent personne et ne dérangent que les grincheux !

Écrit par : Philippe C | 22/10/2009

On pourrait retourner la chose d'une façon exactement contraire: le minaret allemand, la burqa, le tarré qui tue sa femme et qui se trouve être de confession musulmane, c'est l'argument de journalistes servis sur un plateau d'or à l'UDC/UDF. En montant en épingle des cas anecdotiques, et totalement étrangers à notre contexte local en faisant des plans sur la comète, on pourrait interdire tout et n'importe quoi aux musulmans en agitant la menace intégriste, comme d'autres agitent la menace terroriste, et servent de plus bel des arguments à l'UDC. Puisque dans les paroles de M. Freysinger c'est "L'Islam", en tant que telle, qui est considérée comme dangereuse et à verouiller, pour reprendre votre exemple de la porte et de la clé. Qui demain peut nous assurer que les fondamentalistes de l'UDF ne prendront pas le pouvoir en suisse et ne nous ramenerons pas au Moyen Age catholique? Ca paraît absurde, c'est vrai, pas moins que d'imaginer que tous les musulmans paisibles de suisse depuis plus de 20 ans vont se réveiller au lendemain du 29 novembre et partir dans une guerre d'islamisation, forçant les suissesses à porter le voile et les hommes la barbe comme l'annonçait le sieur Freysinger.

Alors après les minarets, où s'arrêtera-t-on si c'est l'Islam, en tant que religion, qui est dangereuse? Faudra-t-il interdire le coran, mettre un mouchard dans tous les recoins des mosquées histoire de vérifier ce qui s'y dit? Ou alors aller dans ce qui est clairement assumé par certains, et qui va finalement honnêtement au fond de cette logique de la "dangerosité", et interdire l'Islam? C'est ça la dernière étape?

Vous parlez du coût des recours, mais savez-vous combien coûte l'organisation d'une votation au niveau fédéral? Savez-vous combien cela va coûter ensuite si celle-ci est approuvée par le peuple en palabre au parlement et devant la CEDH? On a déjà un bon exemple avec l'internement à vie des criminels jugés dangereux dont la loi d'application n'a toujours pas pu être élaborée car elle viole ouvertement les engagements que nous avons pris auprès de cette même CEDH. On peut se passer la patate chaude pendant un bon moment, ce vote ne peut-être traduit en loi, à moins que de se retirer du Conseil de l'Europe. Il en ira très certainement de même pour les minarets. Sauf que dans le même temps on aura agité les peurs et les haines, avec une situation qui ne peut s'en retrouver que péjorée. C'est ce que Merton appelait la self-fulfilling prophecy, ou comment créer des problèmes de toute pièce et s'en justifier lorsqu'ils apparaissent.

Écrit par : Audrey | 22/10/2009

Et le reste?

Et les conséquences sur la paix confessionnelle interne?
Et croyez-vous que les milieux opposés aux minarets vont se croiser les bras?
Et quelle perspective de cohabitation entre la communauté musulmane et les autres communautés dans cette situation?

Je vous rappelle un proverbe de l'Orient: "Vaut mieux avoir mille ennemis hors de la maison, qu'un seul dans la maison".

C'est la raison pour laquelle j'invite les musulmans à voter pour l'initiative contre les minarets, dans leur propre intérêt, et de le dire haut et fort à tous les musulmans du monde entier qu'ils sont opposés à la construction des minarets en Suisse qui mettent en danger la paix confessionnelle. Sans cela ils risquent d'être accusés d'allégeance avec les forces intégristes externes.

Écrit par : Sami Aldeeb | 22/10/2009

Audrey,

Aurait-elle peur de retourner au temps de nos grands-mères, non de porter le foulard (catholique), mais être contrainte à s'activer dans des conditions matérielles revues à la baisse et un confort de vie qui va se réduire comme une peau de chagrin?

Les Pays Arabes ne se priveront pas de nous faire payer notre votation anti-minaret (si elle passe) par une restriction ou même une rupture pure et simple des échanges commerciaux et des apports financiers.

Écrit par : oceane | 22/10/2009

Oceane,

Le message du Conseil fédéral sur les minarets et ceux qui sont opposés à cette initiative ont mal géré la communication... partant d'un mensonge, en affirmant que l'interdiction des minarets viole la liberté religieuse, ce qui est faux. La mosquée d'Al-Aqsa à Jérusalem n'a pas de minaret et pourtant on y prie.
Partant de ce mensonge - qui sert les islamistes - le message brandit la menace terroriste et les sanctions économiques contre la Suisse. Ce faisant le Conseil fédéral encourage en fait les islamistes.
Et comme vous le savez, ce n'est pas le Conseil fédéral qui écrit ses messages. Il faut donc voir qui l'a fait au sein de l'administration fédérale. S'agit-il d'un islamiste ou d'un crytpo-islamiste? Est-ce que les islamistes ont installé une taupe au sein de l'adminstration fédérale? En tout cas un islamiste ne pouvait pas mieux faire.
Alors que faire si demain l'initiative passe? Comment le Conseil fédéral pourra-t-il avouer qu'il a menti et que l'interdiction des minarets ne viole pas la liberté religiese contrairement à ce qu'il dit dans son message? Il lui faut en tout cas recourir aux services d'un expert en communication... et en droit musulman.

Écrit par : Sami Aldeeb | 22/10/2009

Moi je dis bravo à M. Nidegger pour son billet, on voit qu'il est en campagne: quelle respectabilité dans ses propos! Prise de distance par rapport aux aboiements populistes, référence à l'héritage politique... c'est bien.

Juste dommage de sortir des archaïsmes pour dire qu'ils ne sont pas si archaïques et justifier de ce fait une initiative maladroite et inutile.

Écrit par : Vincent Rossi | 23/10/2009

"
Et les conséquences sur la paix confessionnelle interne?
Et croyez-vous que les milieux opposés aux minarets vont se croiser les bras?"

Comme vous le dites bien M. Aldeeb ce sont aujourd'hui ces milieux qui me font peur, ceux qui ne supportent pas de comprendre que nous vivons dans une confédération laïque, ceux dont la vue d'un minaret les fait s'étrangler. En prenant les choses sous cet angle je vous suis, mais est-ce vraiment aux musulmans de se cacher parce que certains en Suisse sont si extrêmistes qu'ils ne peuvent tolérer l'autre? Faut-il contraindre la liberté des musulmans parce que certains xénophobes sont prêts à user de violence à leur égard?

Ce sont ces mouvements qui doivent être rappelés à l'ordre. Ce sont peut-être à eux que l'on doit expliquer ce qu'est la Suisse et quelles sont ces lois. Ce genre de réflexion me fait penser à celles qui tendent à dire que ce sont les gaypride qui créent l'homophobie, et que si les homosexuel-le-s ne veulent pas en souffrir, qu'ils restent cachés. Nous sommes dans un Etat de droit, et la violence de certains groupes ne doit absolument pas nous pousser à en renier les fondements. Ce ne sont heureusement pas eux qui font la loi. S'ils ne peuvent respecter la volonté populaire et passent à la vitesse supérieure, qu'on les enferme.

"partant d'un mensonge, en affirmant que l'interdiction des minarets viole la liberté religieuse, ce qui est faux. La mosquée d'Al-Aqsa à Jérusalem n'a pas de minaret et pourtant on y prie."

Certes, mais a-t-on interdit à cette mosquée d'en construire un, ou a-t-elle choisi cette absence elle-même? L'interdiction ne viole peut-être pas la liberté religieuse, mais l'égalité de traitement entre les pratiquants des diverses religions, ce qui est encore plus grave. En ce sens elle viole bien notre constitution, et nous serions selon toute vraisemblance condamnés par la CEDH à revoir notre position ou à nous extraire de cette convention européenne.

Écrit par : Audrey | 23/10/2009

"Ce sont peut-être à eux que l'on doit expliquer ce qu'est la Suisse et quelles sont ces lois."

Ils s'en foutent, à quoi bon? Et demandez à n'importe quel sunnite pratiquant ce qu'il pense de Youssouf Al Quardawi, qui est un authentique fasciste d'extrême-droite qui non seulement traite les homos de "déviants" comme certains UDC, mais défend leur défenestration, décapitation, etc. Le lien vers son site figure sur le site de Nadia Karmous, cette même Karmous qui voudrait se faire passer pour une "modérée" et pire: une musulmane favorable à la mixité quand elle passe son temps à la combattre!. Ouvrez les yeux! 40% des musulmans français désirent l'application de la Charia, 50% des musulmans britanniques ont le même désir. Celà nous fait entre 40% et 50% d'intégristes à différents degrés. Et ils se foutent de nos lois: celle de leur Dieu est au-dessus de tout! Minimiser cette réalité est criminel. Alors OUI à l'initiative sans l'ombre d0un hésitation: ceux qui ne se réclament pas du principe des droits de l'homme ne mérite pas d'en bénéficier.

"les homosexuel-le-s ne veulent pas en souffrir, qu'ils restent cachés."

Les homosexuels ne répondent pas aux injonctions d'un livre sacré, et ne réclament pas de droits en vertus de celà.

La communauté homo ne brimme pas d'autre commaunautés.

La communauté homo ne compte pas de terroristes à la cause.

La communauté homo ne vénère pas un prophète qui lui même, si il a vraiment existé, massacrait ses plus vifs opposants allant même jusqu'à faire assassiner des poètes qui avaient eu l'audace de le ridiculiser. Harvey Milk était un doux pacifiste.

Et par dessus celà la commaunauté homosexuelles n'est pas obligée de se contorsionner dans tous les sens et de prophérer des menaces visant à cacher la vérité qui ressort de l'étude des textes.

L'islam est une religon de guerre, pas une religion de paix. Et Mohammed n'est pas le Christ, il serait temps de le comprendre.

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 23/10/2009

Sauf que les droits humains ne sont absolument pas négociables au cas par cas. Si cette initiative passe et que nous sommes condamnés par la CEDH (ce qui est plus ou moins certain s'agissant d'un article discriminatoire), soit elle ne pourra pas être appliquée, soit nous devrons sortir de cette convention, privant dès lors toute la population suisse de ce recours primordiale. Ou comment se couper la jambe par peur de se le faire grignoter.

Pour le reste, le lien que vous dénoncez n'existe plus sur le site de l'association culturelle des femmes musulmanes de Suisse, ou alors je ne l'ai pas trouvé.

Écrit par : Audrey | 23/10/2009

Après avoir cherché ce que recouvrait cette statistique. J'ai trouvé ceci sur un site peu glorieux que je ne tiens pas à mentionner:

" Plus fort encore : seulement 38% des musulmans français estiment que la charia n’a pas à s’appliquer dans un pays non-musulman ! 37% jugent qu’elle doit être appliquée en partie et adaptée aux règles du pays où on vit. 17% vont encore plus loin, estimant que la charia doit être appliquée intégralement quel que soit le pays où on vit.

C’est donc à dire que 54% des musulmans français, donc plus de la moitié d’entre eux, sont favorables à l’application au moins partielle de la charia en France ! Ce qui fait donc autour de 3 millions d’individus (toujours sur la base d’une population de 5-6 millions, estimation qui nous semble conservatrice.)"

ADAPTEE aux règles du pays où l'on vit, soit suivre les règles de sa confession tant qu'elles ne contreviennent pas au loi du pays, où est le problème? Où sont les 40% là-dedans? De ce qu'il en ressort il apparait plutôt que ce sont 17%, ce qui fait tout de même une grosse différence. Le sondage date de 2008. Peut-être y en a-t-il eu un en 2009 faisant plus que doubler cette proportion, ce qui resterait très étonnant.

Déformer les chiffres aussi est criminel...

Écrit par : Audrey | 23/10/2009

"Et comme vous le savez, ce n'est pas le Conseil fédéral qui écrit ses messages. Il faut donc voir qui l'a fait au sein de l'administration fédérale. S'agit-il d'un islamiste ou d'un crytpo-islamiste? Est-ce que les islamistes ont installé une taupe au sein de l'adminstration fédérale? En tout cas un islamiste ne pouvait pas mieux faire."

On ressort la théorie du complot, 50 ans après. On choisi simplement un autre épouvantail. J'avais osé pensé que les individus ayant recours à une réthorique de ce type avaient perdu le droit moral et légal de s'en réclamer...

Certains semblent bien regretter la paix sociale et religieuse dont nous jouissons dans notre pays. Dieu que l'humain a peu de mémoire! Les tenants ce cette initiative que je vois comme un crime contre la paix à l'échelle nationale devront rendre des comptes un jour. Que les suisses votent. L'Histoire regarde.

Écrit par : Myriam | 23/10/2009

L'Histoire se répète et les bêtises humaines ne s'arrêtent pas:
"La magnificence de la cathédrale d'Amiens avait provoqué la jalousie des citoyens de Beauvais.
Em 1227, ils construisirent une tour à leur église de 3.50 m plus haute que celle d'Amiens. A peine terminée, celle-ci s'écroula.

En 1272, le choeur fut reconstruit et il s'écroula. On le rebâtit, mais l'argent manqua. L'Eglise resta ainsi pendant deux siécles.

Il paraît que deux siècles plus tard, les hommes érigèrent une nouvelle tour qui s'effondra à nouveau.

Cela pourrait être un enseignement à l'orgueil et à la vanité de l'homme et des religions, mais j'en doute....nous sommes en 2009 et..... rien ne change

Écrit par : oceane | 23/10/2009

J'ai envie de dire a M. Nidegger que comme dans d'autres lieux où il s'exprimait, il n'interviendra pas sur les commentaires. Pour un blog c'est peu vivant mais on en a pris l'habitude. La hauteur du personnage le dispense de la dispute avec le commun.

Toutefois, pour lui et M.Aldeeb, je tiens à vous faire remarquer que l'on est en plein dans "le complot juif mondial" ou toute autre forme de théorie du complot, comme il s'en présente régulièrement.

Non m. Aldeeb, il n'y a certainement pas l'arabie saoudite, qui pour une raison obscure s'apprête à payer des minarets ou les recours contre les oppositions pour créer une sorte d'invasion en suisse. Comme on vous l'a fait remarquer, les minarets ne sont pas interdit actuellement, pourtant les demandes sont rares.
Non monsieur, il n'y a pas de risque de burqa omniprésente sur notre sol.
En avez vous d'ailleurs vu beaucoup?

Vous sortez exactement les mêmes arguments que ceux qui ont servi à créer cette détestation immuables du juif. La cible à juste changé. Question de mode ou temps probablement.

La défense du citoyen ne doit pas se faire de cette manière, et les principes de précautions non plus. On ne coupe pas un doigt blessé sous prétexte qu'il y a risque d'infection et de gangrène. On n'interdira pas un minaret sous prétexte qu'il est peut-être un signe de ralliement pour les peut-être islamistes intégristes vivant en suisse.

Écrit par : Fred | 23/10/2009

Audrey,

Il y a des choses sur lesquelles nous pouvons nous mettre d'accord:

- Les musulmans pratiquent librement leur religion. Bien que majoritairement étrangers, ils bénificient plus de liberté religieuse que des chrétiens citoyens dans leurs pays,

- Les minarets ne sont pas nécessaire pour la pratique religieuses musulmanes

- Le principe de l'égalité: si quelqu'un est opposé aux clochers ou à l'utilisation des cloches, personne ne lui interdit de lancer une initiative pour les interdire.

- Il y a maintenant une opposition aux minarets. Chacun donne son point de vue. Il y a une initiative qui est lancée. Et c'est au peuple de se prononcer s'il veut autoriser les minarets ou pas.

- Personnellement je voterai en faveur de cette initiative dans l'intérêt même des musulmans parce que le rejet de cette initiative mettra en péril la paix confessionnelle en Suisse: il y aura des recours à ne plus finir contre tout minaret, la haine s'installera durablement. Et comme la liberté religieuse n'est pas violée, contrairement â ce que disent le Conseil fédéral, les Églises, la Commission fédérale contre le racisme, et parce qu'il n'est pas question d'utiliser les minarets en Suisse, alors vaut mieux renoncer aux minarets afin de sauvegarder la paix confessionnelle.

Convenons comme suit: on met un moratoire à la construction des minarets pour une centaine d'année: celles qui existent restent mais sans utilisation, et il n'y aura pas d'autres d'ici cent ans. Ensuite on fera voter le peuple de nouveau s'il veut ou s'il ne veut pas de minarets.

Cela n'a aucune implication sur la liberté religieuse.

D'autre part, il faut que ceux qui disent que l'interdiction des minarets viole la liberté religieuse reconnaissent qu'ils ont menti et ont trompé le peuple, et demandent pardon pour leur mensonge.

Écrit par : Sami Aldeeb | 23/10/2009

Ni chrétien, ni musulman, ni juif, je suis fier de vivre dans une ville où l'on trouve des églises, mosquées, synagogues. La liberté de pratiquer sa religion est symbolisée par ces édifices dotés de tous leurs attributs. Je ne vois pas pourquoi l'on devrait faire payer aux musulmans qui, en tant que musulmans, ne nous ont jamais posé de problème les peurs et rejets provoqués par une infime minorité d'intégristes dangereux. Vivent les minarets, symboles non pas d'une menace pour notre pays comme voudraient le faire croire certaines affiches, mais symboles de la tolérance dans laquelle chacun peut pratiquer sa foi.

Écrit par : marcusporcius | 24/10/2009

- Les minarets ne sont pas nécessaires pour la liberté religieuse et leur interdiction ne viole nullement la liberté religieuse. La mosquée Al-Aqsa n'a pas de minaret, et pourtant on y prie.

- Il y a certains qui ont peur des minarets. Ils ont lancé une initiative populaire, et c'est au peuple de dire s'il veut des minarets ou pas en Suisse. On est en démocratie et chacun est libre de décider librement. On devra ensuite passer par un examen de conscience pour les deux: pourquoi les opposants ont peur, et que faire pour apaiser leur peur. On ne peut tout simplement leur imposer les minarets sans leur demander de quoi ils ont peur.

- Acceptons donc cet exercice démocratique....

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

Absolument d'accord sur l'idée de l'exercice démocratique. Ceci dit, l'acceptation de l'initiative ne pourrait pas ne pas être interprétée par une majorité de personnes comme un rejet de l'islam puisque l'on s'en prendrait à un des symboles de cette religion. Quant à la peur, elle est comme on dit mauvaise conseillère. Quelle peut bien être cette menace constituée par un élément architectural présent depuis plus de 30 ans au Petit-Saconnex et depuis bientôt 50 ans à Zürich ?

Écrit par : marcusporcius | 24/10/2009

Parlons de la tolérance si bien enseignée dans les pays occidentaux. Nos enfants ont été éduqués dans ce sens et au nom de la compassion, de l'angélisme, des jeunes suisses osent prétendre que le *voile" porté par les femmes n'est pas un problème.

Et bien, je dis pour mes filles, mes petites-filles, je voterai oui à l'initiative. Fini les religions abusives, intrusives, restrictives.

Nous n'avons pas lutté en vain pour obtenir des droits et nous ne retournerons pas aux obscures machinations, manipulations de certains.

L'Eglise catholique a compris le message - aujourd'hui, elle est acceptée uniquement dans la sphère privée de l'individu et non pas comme un pouvoir( des
plus hypocrites, sous couvert de bons sentiments) pour régler la société.

Un exemple à suivre pour d'autres religions en retard sur la marche à suivre.

Écrit par : oceane | 24/10/2009

marcusporcius

Il y a cent interprétations possibles de l'initiative contre les minarets. Vous avez la vôtre, les intégristes ont la leur, moi j'ai la mienne, etc.. Face aux différentes interprétations, la démocratie demande au peuple à décider oui ou non aux minarets. Les systèmes religieux n'acceptent pas ce genre de décision, parce qu'ils sont contre la démocratie. C'est probablement une des raisons de l'agacement des milieux religieux musulmans, mais aussi chrétiens et juifs opposés à cette initiative.

On ne peut nier qu'il existe une peur des minarets. Et il est important de comprendre cette peur... et de prendre les mesures qui s'imposent pour dissiper cette peur. Espérons que le débat autour de cette initiative puisse aider dans ce sens.

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

Le minaret EST une boîte de pandore...

Je vous laisse imaginez toutes ces "belles choses" que seront revendiquées au nom de la liberté religieuse...

Votez "oui" à l'initiative.

Écrit par : JPierre | 24/10/2009

"- Le principe de l'égalité: si quelqu'un est opposé aux clochers ou à l'utilisation des cloches, personne ne lui interdit de lancer une initiative pour les interdire."

Et bien là je ne suis pas d'accord M. Aldeeb. L'égalité est inscrite dans notre constitution. Pour que l'initiative ne la contredise pas, il aurait fallu s'"attaquer" à tous les symboles ostentatoires inutiles de toutes les religions. L'égalité ce n'est pas le droit donné à chacun d'aller emmerder son voisin sous prétexte de peur, l'égalité c'est le même traitement pour tous, garanti par notre constitution. Ce n'est pas un potentiel (vous pourriez aussi demander le retrait des clochers), mais un état de fait.

Écrit par : Audrey | 24/10/2009

Audrey,

On ne peut nier que les minarets provoquent une peur. C'est un état de fait. Cette peur est exprimée à travers cette initiative visant à les interdire. Et c'est au peuple de se prononcer s'il veut tenir compte de cette peur ou pas.
Si quelqu'un estime que les clochers provoquent une peur et veut exprimer cette peur à travers une initiative visant à les interdire, la constitution lui donne le droit de le faire, et ce sera aussi au peuple de se prononcer.

Il y a donc égalité de traitement:
- égalité dans le droit d'avoir peur,
- égalité dans le droit de lancer une initiative,
- égalité de voir l'initiative soumise au peuple.

L'unique objection que vous pouvez avoir face à ce raisonnement est la suivante: "vous n'acceptez pas que le peuple se prononce sur la peur des minarets". Et dans ce cas on vous répondra: "vous vous trompez de pays. Il faut aller vivre en Arabie saoudite ou ailleurs où les minarets ne sont pas discutés.

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

Que c'est bien M. Aldeeb, quand on n'a plus d'arguments, que de stigmatiser l'adversaire. A moins que le manque d'ouverture que vous supposez mien (mais dont votre phrase même prouve qu'elle est plutôt vôtre), et qui devrait m'enjoindre à vivre en Arabie Saoudite, se voulait un compliment. C'est une bien piètre manière de clore une discussion, qui est pourtant ouverte par des juristes et non seulement par ma simple petite personne. Je suis suisse Monsieur, et vous n'avez en aucun cas le droit de me dire d'aller vivre ailleurs, même en vous cachant derrière un "on" impersonnel, qui ne reflète pourtant que votre simple petite personne. Il ne me semble pas m'être permise la même chose à votre encontre.

Comme nous ne sommes justement pas en Arabie Saoudite, la discrimination d'un groupe, en raison de son origine ou de sa religion, est interdite. La peur ne donne pas tous les droits (d'autant plus quand elle est sollicitée et créée), et certainement pas celui de donner lieu à des droits différents. Si mes voisins ont une phobie de l'eau, cela ne doit pas m'empêcher de construire une piscine sur mon terrain si celle-ci respecte les normes légales. C'est, dans un cadre différent, exactement ce que propose l'initiative anti-minaret.

Et puis comme nous ne sommes pas en Arabie Saoudite, nous sommes soumis à des traités transnationaux qui dépassent notre petit cadre suisse. Très étonnant qu'un spécialiste en droit ignore la chose. Je dirais même que cela fait peur.

Si vous ne tenez pas à respecter la liberté d'expression et d'opinion de vos adversaires sans les stigmatiser, je ne tiens plus à continuer cette discussion avec vous. A croire, pour détourner une célèbre chanson, qu'on a tous "quelque chose d'Arabie saoudite" en nous...

Écrit par : Audrey | 24/10/2009

Audrey,

Vous vous trompez sur toute la ligne. J'accepte de donner les mêmes droits à ceux qui sont pour ou contre les minarets, pour ou contre les clochers. Mais c'est vous qui refusez que le peuple puisse se prononcer sur les minarets. Et dans ce cas, votre place est plutôt en Arabie saoudite ... même si vous êtes suisse. Le Suisse doit accepter de se plier aux règles de jeux. Ce que vous n'acceptez pas.

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

Bonjour Yves

Il semble que vous ayez des lacunes au niveau théologique et historique.

Donc, vous pensez que c'est un progrès que de replonger dans les erreurs commises par le passé?

J'avoue être très déçue de constater que vous "hurlez avec les mous" qui nous gouvernent!

Dans le futur, lorsque l'Islam se sera modernisé, tout comme l'a fait le christianisme entr'autre, il sera bien temps de libérer les droits.
Actuellement, c'est se diriger droit vers les situations que connaissent nos voisins Européens et préparer le lit de mouvances extrémistes exaspérées par le non-droit des autochtones (les Identitaires par exemple )et non-musulmans en Occident.

Vous êtes bien loin du langage direct de M.François Fillon:

"...Texte de François Fillon (France 2009)

Les musulmans qui veulent vivre selon la loi de la Sharia Islamique se sont fait dire tout récemment de quitter la France, dans le but de parer à d'éventuelles attaques terroristes, le gouvernement ayant ciblé les radicaux. Apparemment, le premier ministre François Fillon a choqué quelques musulmans Français en déclarant Citation: ' LES IMMIGRANTS, NON FRANÇAIS, DOIVENT S'ADAPTER. À prendre ou à laisser, je suis fatigué que cette nation s'inquiète à savoir si nous offensons certains individus ou leur culture. 'Notre culture s'est développée en luttes, d'habileté et de victoires par des millions d'hommes et de femmes qui ont recherché la liberté.' 'Notre langue officielle est le français; pas l'Espagnol, le Libanais, l'Arabe, le Chinois, le Japonais, ou n'importe quelle autre langue. Par conséquent, si vous désirez faire partie de notre société, apprenez-en la langue!' 'La plupart des Français croient en Dieu. Il ne s'agit pas d'obligation chrétienne, d'influence de la droite ou de pression politique, mais c'est un fait, parce que des hommes et des femmes ont fondé cette nation sur des principes chrétiens, et cela est officiellement enseigné. Il est parfaitement approprié de les afficher sur les murs de nos écoles. Si Dieu vous offense, je vous suggère alors d'envisager une autre partie du monde comme votre pays d'accueil, car Dieu fait partie de notre culture.' 'Nous accepterons vos croyances sans poser de question. Tout ce que nous vous demandons c'est d'accepter les nôtres, et de vivre en harmonie pacifiquement avec nous.' 'Ici c'est NOTRE PAYS, NOTRE TERRE, et NOTRE STYLE DE VIE. Et nous vous offrons l'opportunité de profiter de tout cela. Mais si vous en avez assez de vous plaindre, de vous en prendre à notre drapeau, notre engagement, nos croyances chrétiennes, ou de notre style de vie, je vous encourage fortement à profiter d'une autre grande liberté Française, 'LE DROIT DE PARTIR..' 'Si vous n'êtes pas heureux ici, alors PARTEZ.' ..."

En Suisse aussi, il existe une GRANDE LIBERTE! PARTIR!

Nous ne sommes pas des geôliers, nous n'obligeons personne a subir notre civilisation!


Ne vous êtes-vous pas trompé de parti?

Écrit par : Mireille Luiset | 24/10/2009

P.S

Vous n'êtes pas sans savoir que la Suisse héberge déjà des extrémistes islamiques actifs.

Pratiquer l'angélisme n'est plus de mise.

Donner un signal clair quant aux limites acceptables entre la tolérance et la démission est important.
Plutôt que de devoir prendre des mesures contraignantes et peu compréhensibles par la suite; Comment expliquer aux musulmans qu'ils peuvent construir un minaret MUET, alors qu'il n'a pas de raison d'être sans muezzin!

La Suisse n'a pas à craindre de créer un précédent, pour la paix des diverses obédiences musulmanes en Suisse, pour la population non-musulmane et envers les pays Islamiques.

Écrit par : Mireille Luiset | 24/10/2009

Et pourquoi une grande église Mooniste pour Mr Nidegger ????

Écrit par : Galou | 24/10/2009

L'intuition féminine sort du bois.....et je me joins à toutes les femmes qui ont le sentiment que cette initiative DOIT PASSER, car il en va de l'avenir de nos filles dans ce pays.

Celles qui sont tombées dans le panneau de croire à l'amour d'un musulman "occidentalisé" s'en mordent les doigts aujourd'hui, et il n'a pas fallu beaucoup d'année de mariage! (référence connue et récente: Diam's)

Notre génération s'est battue pour la reconnaissance des droits égalitaires pour les femmes. Je reconnais même qu'ils ne sont pas de premières importances pour certains, mais visualiser un avenir sous un voile, une burqua, voire pire, c'est bafouer toutes nos batailles et celles qui les ont conduites avant nous pour prendre le risque au XXIème siècle de voir mourir debout nos filles ou leurs petites filles à petit feu!

Écrit par : Corélande | 24/10/2009

"Le Suisse doit accepter de se plier aux règles de jeux."

Y compris transnationales, j'espère donc que vous accepterez la condamnation potentielle par la CEDH si l'initiative devait passer et qu'une plainte était déposée.

"Ce que vous n'acceptez pas."

Ce que j'ai tout à fait le droit de dire sans avoir besoin de m'exiler vers d'autres terres, étant dans un pays qui me permet d'avoir encore un regard critique et de manifester cette critique librement. De la même manière qu'on a le droit de manifester. Ce que je n'aurais pas le droit, en revanche, c'est d'oeuvrer matériellement, par la violence par exemple, pour que cette votation n'ait pas lieu. Vous confondez tout et semblez avoir une curieuse idée de ce que sont les droits du citoyen/de la citoyenne. Ici les opposants politiques ont le droit de s'exprimer, bien heureusement.

La démocratie n'existe pas sans certaines valeurs fondamentales et on ne peut pas voter sur tout. Un exemple par l'absurde puisqu'on semble en avoir besoin: Un vote qui consisterait par exemple à savoir si on va exterminer une partie de la population ne serait pas valide, quand bien même il aurait emporté la majorité du suffrage, quand bien même cette partie aurait de "bonnes raisons" (qui sont toujours une question d'appréciation personnelle) d'avoir peur de l'autre. Ici nous n'en sommes pas encore là, mais au point ou vont les choses du "le peuple a toujours raison" et "la volonté populaire n'a aucune limite" on pourrait y arriver, puisqu'on arrive déjà à faire voter les gens sur un principe de discrimination, généralement première étape avant de passer à la vitesse supérieure,

Il n'y a pas de droits à ceux qui pensent/estiment/supputent/croient/rêvent ou fantasment, et l'égalité de traitement ne se réfère pas à un droit similaire pour tous d'interdire des pratiques aux autres. Il y a des droits pour des individus qui s'appliquent à tous sur le territoire suisse, indépendamment de la nationalité, et en vertu de leur valeur intrinsèque d'individus qui ne sont pas négociables. Vous arguez ici des droits citoyens (droit d'initiative) pour tenter de légitimer que cette initiative ne contrevient pas à l'égalité de traitement, fondement premier de tout état de droit. L'égalité de traitement n'a rien à voir avec un droit citoyen, mais elle est un droit pour tout être humain qui fonctionne de manière totalement indépendante de la citoyenneté. Les régimes qui ont amalgamé droits citoyens et droits fondamentaux, les déniant donc à toute une partie de la population, font partie des plus sombres heures de notre histoire, et ne seraient certainement pas reniés par l'Arabie Saoudite. Il reste donc très curieux que, même par inadvertance, vous formuliez vous-même cet amalgame.

Votre curieuse conception du débat démocratique (Le Suisse "doit se plier"...vive le totalitarisme. A quand une police politique qui vienne toquer à ma porte?) éclaire vraiment d'une manière singulière la façon dont vous défendez la liberté...

Écrit par : Audrey | 24/10/2009

Audrey,

Je crois avoir suffisamment prouvé que l'initiative ne viole pas la liberté de religion. Les musulmans en Suisse (majoritairement étrangers) pratiquent librement leur religion, ce qui n'est pas le cas des chrétiens dans leurs propres pays ou tout au moins dans une partie de ces pays, et surtout pas dans le pays qui construit les mosquées et les minarets en Suisse... là où vous serez heureuse de ne pas devoir discuter de minarets avec d'affreux Helvètes: l'Arabie saoudite.

Je crois aussi avoir suffisamment prouvé que l'initative ne viole pas le droit à l'égalité. Relisez mes interventions sur ce blog.

Alors maintenant attendons le verdict du peuple, si vous le permettez. Et ensuite on verra la décision du CEDH si l'initiative passe.

J'espère que vous avez le même courage à condamner les pays musulmans pour leur manque de respect de la liberté religieuse. Ignorant tout de votre position dans ce domaine, je ne peux pas vous juger. Mais permettez-moi de vous signaler le texte suivant de Vincent Pellegrini: http://religions.blog.lenouvelliste.ch/2009/10/22/les-enlevements-de-jeunes-chretiennes-egyptiennes-se-poursuivent/ sous le titre: Les enlèvements de jeunes chrétiennes égyptiennes se poursuivent

L’agence CSI informe depuis longtemps des fréquents enlèvements de jeunes chrétiennes coptes en Egypte par des islamistes qui les marient et les convertissent de force à l’islam. Ce 18 juillet 2009 ce fut le cas d’Amira Morgan, 18 ans. Après l’enlèvement de cette jeune fille à Alexandrie, sa maman a reçu le tél. d’un “cheik Mohamed” qui lui a dit: “Votre fille va devenir musulmane. Vous reverrez Amira seulement quand elle sera devenue musulmane”. Et le plus souvent alerter la police ne sert à rien car elle classe le cas, les chrétiens n’étant pas traité comme les musulmans en Egypte. Pour le seul mois de juillet 2009, quatre autres jeunes filles coptes ont été enlevées par des islamistes: Hanna Labib de Sohag, Ingy Basta d’Alexandrie, Marian Bishay de Gizeh et Reda Botros Samaan qui se rendait à un examen à Assiout. En Iran, deux jeunes filles musulmanes qui s’étaient converties au christianisme, Rostampur, 27 ans, et Esmaielabad, 30 ans resteront dans la sinistre prison d’Evin où elles ont été jetées à cause de la conversion. Le tribunal a été très clair avec elles: soit vous revenez à l’islam et vous sortez, soit vous purgez votre peine jusqu’au bout. Elles ont choisi de rester chrétiennes et de rester en prison. Autant dire qu’à côté de cela les problèmes de minarets en Suisse c’est de la rigolade. Le Conseil fédéral ferait bien, lorsqu’il est attaqué par les pays musulmans, de leur retourner à la face leur vraie intolérance. Si on peut prier à Al Aqsa sans minaret, on n’est pas persécuté en Suisse parce que la mosquée n’a pas une tour dont le principal usage est l’appel du muezzin.

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

"Je crois aussi avoir suffisamment prouvé que l'initative ne viole pas le droit à l'égalité. Relisez mes interventions sur ce blog."

Si vous ne comprenez pas l'aberration confondante qu'il y a à réduire l'égalité de traitement de la population à une question d'égalité CITOYENNE, il n'y a effectivement plus de discussion possible. Tout simplement parce que nous ne semblons pas disposer de la même constitution sous les yeux peut-être, je ne sais pas. Cependant, à part votre détournement de ce que sont les libertés fondamentales (l'égalité de traitement dans notre cas), puisque je ne puis croire que vous les méconnaissez à ce point, vous n'avez rien prouvé.

Je m'oppose à toutes les discriminations, quelle que soit la religion visée ou l'athéisme visé d'ailleurs. Je ne suis pas musulmane, mais athée d'origine protestante, et mon opposition à la loi n'a rien à voir avec une question de religion, mais de lutte contre des pratiques discriminatoires. J'aurais certainement voté contre une loi visant à interdire la construction de tout monument religieux ostentatoire, parce qu'ils ne me dérangent pas, et que j'y vois une forme d'intolérance, mais je n'aurais rien eu à redire sur le principe, s'agissant d'une loi qui s'appliquait à tous, sans distinction de religion.

Il reste étrange que pour justifier d'une discrimination vous en agitiez d'autres, tout aussi graves, et même plus, mais contre lesquelles la simple citoyenne suisse que je suis ne peux pas faire grand chose. La logique pour moi veut que l'on s'émeuve des discriminations pour ce qu'elles sont, nous pour qui les pratique, ou qui en souffre comme semble le suggérer votre position. Nous n'avons certainement pas la même notion de ce qu'est la discrimination, comme ces pays rétrogrades doivent affirmer ne pas en avoir la même conception que nous, et justifient leurs actions contre les chrétiens en ce que ceux-ci seraient potentiellement dangereux ou leur feraient peur. En la matière, le droit suisse est très clair, l'égalité formelle, c'est l'égalité en droit, c'est de se voir appliquer la même loi à tous, sans exceptions qu'elles soient favorables ou non au groupe visé par ces exceptions. Qu'on considère qu'un minaret est essentiel, accessoire ou inutile ne rentre donc pas en ligne de compte.

J'estime, par ailleurs, que le fait que nos pratiques "soient de la rigolade" face à ce qui se passe dans des républiques théocratiques et bananières est encore heureux. Je suis choquée d'y lire, peut-être à tort, entre les lignes qu'en réalité on pourrait aller beaucoup plus loin, histoire d'apparaître un peu plus "sérieux" sûrement face aux sanguinaires. La constitution ne fait pas de gradation entre les "petites" discriminations (loi d'exception qui concerne des choses inutiles, ou "rigolade" comme vous dites) ou les grandes discrimination. Elle interdit la discrimination, point barre. On ne peut pas être crédible si l'on n'est pas impartial dans sa manière de juger les faits.

Nous verrons bien le 29 novembre oui, et puis après surtout, ça ne fait après tout que dix ans que les identitaires nous promettent l'apocalypse pour demain...

Rendez-vous en décembre donc pour voir où en sont les milliers de demandes de minarets qui devraient être déposées dès le 30 novembre en cas d'acceptation, ou pour dénombrer le boom de la burka en cas de refus, selon les pronostics de ceux qui soutiennent l'initiative évidemment.

Écrit par : Audrey | 24/10/2009

Audrey,

Oui, on a la même constitution... et je l'ai traduite en arabe pour la Confédération http://www.admin.ch/org/polit/00083/index.html?lang=fr
Tout simplement nous la comprenons différement.

Non, je n'agite pas la discrimination pratiquée contre les chrétiens dans les pays musulmans pour justifier d'autres discriminations. Sans cela, j'aurais appelé à interdire les lieux de culte musulmans (comme fait l'Arabie saoudite à l'égard des lieux de culte chrétiens) ou à attaquer les lieux de culte musulmans comme font des musulmans en Egypte à l'égard des lieux de culte chrétiens.

Je voulais simplement vous rendre attentive au ridicule dans lequel vous tombez lorsque vous considérez l'interdiction des minarets comme une discrimination.... alors que les minarets ne sont pas indispensable pour pratiquer la religion musulmane. Audrey... descendez de votre minaret et voyez la réalité en face... Ne vous laissez pas berner par je ne sais quel mirage.

A propos, condamnez-vous avec la même vigueur les discriminations dont sont victimes vos coreligionnaires dans les pays musulmans? Je souhaite vous lire. Je parie que vous vous en moquez... Mais j'espère que je me trompe.

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

"Je souhaite vous lire. Je parie que vous vous en moquez... Mais j'espère que je me trompe."

Et bien il semble que vous ayez quelques problèmes de vue, puisque j'ai expliqué cette condamnation bien en vue dans le post juste en haut:

"Je m'oppose à toutes les discriminations, quelle que soit la religion visée ou l'athéisme visé d'ailleurs."

Ca n'était pas assez clair? Peut-être aurais-je du faire une liste détaillée?

"Je voulais simplement vous rendre attentive au ridicule dans lequel vous tombez lorsque vous considérez l'interdiction des minarets comme une discrimination.... alors que les minarets ne sont pas indispensable pour pratiquer la religion musulmane."

Cela n'a rien de ridicule et est soulevé par des juristes, qui j'imagine doivent être aussi ridicules que moi, tout comme la CEDH devrait très probablement se montrer parfaitement ridicule. A croire que beaucoup de gens sont ridicules...sauf vous évidemment.

La discrimination se loge dans le fait de faire des lois d'exceptions. En d'autres temps on interdisait aux femmes de porter des pantalons. Fallait-il y voir comme une mesure normale parce que le pantalon n'est pas indispensable, et qu'il peut tout à fait être remplacé par une jupe? On pourrait dire aussi qu'après tout de nombreuses femmes ne portent jamais de pantalons, ce qui prouve que le pantalon n'est pas indispensable à la poursuite de sa vie et dès lors trouver ridicule d'envisager l'interdiction de porter un pantalon comme discriminatoire. Et si demain les pantalons de femmes faisaient peur ou choquaient au moins 100'000 suisse pourquoi ne pas prendre cette peur comme légitime, n'est-ce pas. Après tout, encore une fois, comme vous l'expliqueraient certaines mouvances masculinistes, le pantalon à la base ce sont les féministes, et il semble que le féminisme tue (pour ces gens cela porte même un nom "féminazies", alors interdisons le pantalon, histoire d'éviter d'avoir d'autres revendications liberticides (parité par exemple) derrière.

Je crains fort que nous ne pourrions voter sur un tel objet, du moins je l'espère, pantalon indispensable ou non, sujet ridicule par rapport aux souffrances des femmes dans d'autres parties du monde ou non, ce n'est pas la question...

"Sans cela, j'aurais appelé à interdire les lieux de culte musulmans (comme fait l'Arabie saoudite à l'égard des lieux de culte chrétiens) ou à attaquer les lieux de culte musulmans comme font des musulmans en Egypte à l'égard des lieux de culte chrétiens."

Sauf que là cela n'avait aucune chance d'être soumis au vote, et qui plus est on aurait pu vous condamner à de la prison ferme pour appel à la haine...mais ne vous détrompez pas, à lire les blogs et autres forums, c'est bien le souhait de personnes qui vont voter pour cette initiative, d'ailleurs la mosquée à l'origine de cette initiative a subi des déprédations de la part de nos charmants compatriotes, qui se battaient très certainement au nom de la préservation de la liberté et de la tolérance religieuse...

Je ne sais pas si c'est moi qui doit descendre de mon minaret pour regarder les affres d'une "islamisation rampante" en Suisse qui devrait me sauter aux yeux (avec une loupe peut-être qui sait), ou vous qui devriez un peu regarder ceux qui ont lancé cette initative (Schlüer a été un disciple d'un certain schwartzenbach, mieux connu pour ces initiatives contre la surpopulation étrangère, i.e. celle des Espagnoles et Italiens dans les années 80). Ce qui est sûr c'est que nous ne comprenons rien de la même manière, et que de toute évidence nous ne savons même pas nous lire correctement.

Pour ma part j'en resterai donc là. Bon week-end à vous malgré tout.

Écrit par : Audrey | 24/10/2009

Audrey

Vous avez raison, si je demandais d'interdire les lieux de culte musulmans comme fait l'Arabie saoudite, ou d'attaquaer ces lieux de culte comme font des musulmans en Egypte, je serai condamné en Suisse. Rassurez-vous, je ne l'ai jamais demandé.

Mais condamnez-vous ceux qui font ces choses? Et où l'avez-vous fait? Je ne vous ai jamais lu. Sur quel site? Probablement vous n'avez pas le temps et vous préférez concentrer votre haine contre les Suisses qui refusent des minarets aux muaulmans?

Je ne peux résister à vous offrir un extrait d'une fable de la Fontaine à méditer: http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=156

L' Ours et l'Amateur des jardins
------------------------------------

Les voilà bons amis avant que d'arriver;
Arrivés, les voilà se trouvant bien ensemble:
Et bien qu'on soit, à ce qu'il semble,
Beaucoup mieux seul qu'avec des sots,
Comme l'ours en un jour ne disait pas deux mots,
L'homme pouvait sans bruit vaquer à son ouvrage.
L'ours allait à la chasse, apportait du gibier;
Faisait son principal métier
D'être un bon émoucheur, écartait du visage
De son ami dormant ce parasite ailé
Que nous avons mouche appelé.
Un Jour que le vieillard dormait d'un profond somme,
Sur le bout de son nez une allant se placer
Mit l'ours au désespoir; il eut beau la chasser.
«Je t'attraperai bien, dit-il, et voici comme.»
Aussitôt fait que dit: le fidèle émoucheur
Vous empoigne un pavé, le lance avec roideur,
Casse la tête à l'homme en écrasant la mouche;
Et non moins bon archer que mauvais raisonneur,
Raide mort étendu sur la place il le couche.

Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami;
Mieux vaudrait un sage ennemi.

Eh bien, Audrey, vous rendez un bien mauvais service aux musulmans et à la Suisse en votant contre cette initiative.

Écrit par : Sami Aldeeb | 24/10/2009

Monsieur Nidegger
"L'aplaventrisme" est la porte ouverte aux abus et fait le lit des mouvements patriotiques, voir extrémistes.

L'attitude des églises, du gouvernement, des politiciens politicuculment corrects vendant l'âme de la Nation sans se préoccuper des demandes,besoins et revendication du peuple Suisse est mère de la révolte.

Pensez-vous que ceux qui ont quitté leurs pays pour fuir un régime étouffant ont envie d'être rattrapé ici par des "barbus"?

Liberté de culte ou liberté tout court!

De part les Droits de l'Homme, il est prévu des limites:

L’article 20 de la Convention européenne des droits de l'homme dit: " Tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une
incitation à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence est interdit par la loi."
L'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme stipule que: " l'exercice de
ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités, peut être soumis à certaines formalités,conditions, restrictions ou sanctions "

Votre dernier paragraphe démontre que, tout comme M.Moutinot, vous savez poser un problème mais sans y apporter l'esquisse d'une réponse.

Alors, une question.

AVEZ-VOUS DES PRIX DE GROS SUR LA VASELINE?

Écrit par : Eluvetii | 24/10/2009

@Fred @Audrey, @marcusporcius
Parlons de burka.
Pas plus tard que cet après-midi j'ai croisé 3 jeunes femmes vêtues à l'occidentale et portant une burka sous leur veste!

La mosquée de Genève a été financée par l'Arabie Saoudite.(d'où radicalisation de l'enseignement de l'Islam après une période douce, destinée à endormir l'attention des autorités suisses)

Ailleurs:

"-Conquête de Rome évoquée au congrès de l'UOIF : 7 islamologues écrivent à l'Italie.
-Alors que l'UOIF vient de prendre les rênes de la Fondation des oeuvres de l'islam de France, créée par Dominique de Villepin (liée à la Caisse des dépôt afin d'assurer le financement des mosquées), des islamologues se mobilisent afin de demander l'arrêt de toute collaboration gouvernementale avec un mouvement issu des Frères Musulmans. Première étape, alerter les autorités italiennes nommément visées par une stratégie de conquête "soft", principalement axée sur le double levier de la démographie et du prosélytisme."

À quand en Suisse?

À ma connaissance, l'Eglise ne fait pas fouetter voir pis les femmes osant porter un pantalon!

Je suis aussi surpris à chaque attentats, agressions, crimes,insultes ou atteintes à l'image d'une Nation commis par des intégristes islamiques, du silence de mort de la part des musulmans modérés!

Un islam modéré? C'est une douce illusion-une illusion qui tue à chaque instant de part le Monde, des femmes, des enfants, des prêtres etc...

Quant on ne sait pas on se tait ou on s'informe.

L'ignorance n'est pas un crime; mais elle peut tuer!

Écrit par : Eluvetii | 24/10/2009

Bonsoir Yves

Grand absent du débat, ombre survolant le Peuple Vulgaire de toute sa hauteur ^_^

Une citation à votre intention:

" Depuis les cités grecques et avant, les patries sont toujours défendues par les gueux et vendues par les clercs..."(C.Péguy )


Votre slogan? "osons l'UDC"

Okkkkkk...UDC,oui; mais "osons Nidegger" ce serait comme oser sauter dans un ravin!

Nous avons eu Moutinot le Grand Léchant Mou au département du grand n'importe quoi!

Voulons-nous en reprendre une couche avec Maître Phraseur Pussilanime?

Au département de justice et police, il faut une main de maître.

(C'est comme l'océan qui sépare au niveau de la virilité, du courage et sens des responsabilités, l'amant dans l'ombre d'une femme mariée et l'époux courageux et présent, si vous me permettez cette image...)

Avec mes salutations

Écrit par : Mireille Luiset | 25/10/2009

Un exemple d'intégration dans un monde moderne, la Cathédrale d'Evry.

Comme quoi la sensibilité et l'intelligence de l'artiste, en l'occurence l'architecte suisse Mario Botta, ont une distance d'avance sur les idées bien arrêtées des personnes qui vivent dans un monde clos ou rien ne change. Les clochers aux églises, les minarets aux mosquées.

Regardez bien cette cathédrale. Elle est ronde, chaleureuse comme une mère qui attend son enfant. Elle accueille les gens sans faire de différence aucune sur la famille universelle.

Et puis au sommet de l'édifice des arbres, simplement des arbres qui évoluent au rythme des saisons.

Bien sûr, il y a des cloches, mais pas de clocher.

Voilà une idée à creuser pour les futures constructions religieuses. Il y a lieu d'intégrer ces bâtiments dans le paysage sans écraser les autres édifices, car je suppose que ceux-ci sont bâtis pour la paix et que les propriétaires de ces lieux n'ont aucune arrière-pensée d'asseoir un pouvoir et de croire à une supériorité des uns sur les autres.

Une vraie révolution est en route pour toutes familles religieuses, laïques, athées confondues.

Écrit par : oceane | 25/10/2009

Laissons parler le bon sens. Les minarets ne sont pas une menace. Par contre, certains "intellectuels" et personnalités musulmans essaient d'infiltrer le territoire petit-à-petit avec des idées anti-occidentales en divulguant des idées sur le port de la burqua, de la charia, leurs tribunaux, les mariages forcés, leurs écoles coraniques, leurs cours de natation séparée et la cerise sur le gâteau de l'antisémistisme primaire sur la question de Gaza, etc.... A cela il faut réagir, ne nous laissons pas les choses aller comme en France où le flou existe avec des passe-droits qui font que des communautés musulmanes sont un Etat dans l'Etat avec leurs propres lois. Soyons clairs, notre communauté musulmane diverse doit pouvoir se sentir bien en Suisse et cette initiative va à l'encontre de cela.

Écrit par : demain | 25/10/2009

Le croyant n'a besoin ni de lieu de culte, ni de clochers, ni de minarets, il n'a même pas besoin des hommes pour lui dicter sa conduite, mieux: il n'a pas besoin de religion. Il est humainement libre.

Écrit par : Christian Favre | 25/10/2009

TRAITÉS INTERNATIONAUX (Ou comment instrumentaliser la peur...)

L'interdiction des minarets est contraire à des conventions internationales qui lient la Suisse. La conseillère fédérale a cité la Convention européenne des droits de l'homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l'ONU.

Jean Studer est aussi d'avis que l'initiative est "gravement discriminatoire et susceptible de porter atteinte à la paix religieuse, qui constitue l'un des piliers du développement de notre pays

L'initiative contre la construction de minarets met en péril la paix religieuse. Forte de cette conviction, Eveline Widmer-Schlumpf a appelé jeudi les Suisses à repousser ce texte «contraire aux droits de l'homme». Par ailleurs, Berne et Moutier ont à leur tour interdit les affiches anti-minarets.
Interdire la construction de minarets en Suisse ne résoudrait aucun problème. Au contraire, elle en créerait, notamment en exacerbant le fanatisme religieux, a déclaré en conférence de presse à Berne Eveline Widmer-Schlumpf.

L'initiative populaire est incompatible avec les droits et principes fondamentaux inscrits dans la Constitution fédérale, en particulier la liberté de religion et l'interdiction de la discrimination. Son acceptation mettrait en péril la paix religieuse et porterait atteinte à l'image de la Suisse.

Écrit par : Patoucha | 25/10/2009

Suite à l'interview de Eveline Widmer-Schlumpf, j'ai relevé des commentaires très intéressants que je vous passe ci dessous. C'est plus honnête que de me les approprier. Mes commentaires - et pour ne pas me répéter - sur le sujet étant très proches:

Martin , Suisse
Quel étonnement de constater une telle pression politique sur cette prochaine votation... Et notamment celle du Conseil fédéral qui, tout en expliquant l'importance de voter contre cette initiative, sous-entend que le peuple n'aura finalement pas le pouvoir de décision, si un appel est déposé à la Cour Européenne. Certes, quel étonnement pour un pays démocratique... Des questions me viennent alors à l'esprit: quelle place a notre souveraineté nationale au sein de l'UE? Le peuple a-t-il vraiment le pouvoir décisionnel ou est-il soumis aux volontés de ses dirigeants? Et non seulement de ses dirigeants, mais des institutions internationales? De plus, Madame Schlumpf considère que des questions importantes telles que le port du voile, l'excision, la séparation des sexes dans les piscines, sont des questions d'une autre nature que celle posée pour les minarets. Elles semblent plutôt être la conséquence d'un possible refus de l'iniative du 29 novembre. Prenons l'exemple de notre voisine la France. En ce moment même, toutes ces questions prennent une importance cruciale et font l'objet de fortes controverses dans ce pays et de grandes revendications musulmanes. Il est important de considérer l'ensemble des enjeux et d'en épargner aucun détail. Les libertés fondamentales sont bien évidemment primordiales pour chaque être humain. Celui-ci a le droit naturel de croire en son Dieu, d'exercer sa religion. C'est la liberté de pensée qui caractérise si bien l'homme, ce "roseau pensant". En revanche, la question de la pratique extérieure, dans ce cas précis, musulmane, dans un pays où les valeurs communes sont chrétiennes semble quelque peu démesurée... Notre pays a une identité, ses propres valeurs, une histoire particulière, unique, une culture chrétienne qui est imprégnée dans chaque conscience. La discrimination n'est pas tant de refuser les exigences de nos frères musulmans, mais plutôt, inversément, de ne pas respecter les moeurs et la culture suisses en essayant d'imposer des pratiques qui sont étrangères à nos traditions. Essayons d'imaginer un Suisse qui voudrait construire une église en Libye... impossible, n'est-ce pas? Et même inconcevable dirais-je. Le problème de ce débat est que la liberté religieuse est, malheureusement, interprétée de manière unilatérale. On parle de libertés fondamentales en oubliant, finalement, celles du peuple suisse... Notre liberté sera prochainement de poser un choix décisif, celui du 29 novembre.

Écrit par : Patoucha | 25/10/2009

Juste une question aux intervenants défendant cette initiative au prétexte que les autres font pires et que l'on est libre d'avoir peur de son voisin et de le dire.
Quelle est donc votre définition de la liberté? Et qu'elle est encore celle du droit à l'initiative?
On parle de problème suisse. Les références à l'attitude de l'arabie saoudite n'a donc rien à voir.
On ne va pas, sous prétexte que des egyptiens islamistes balancent des pierres à des chrétiens, foutre le feux aux mosquées en suiss en représailles. Veuillez donc rester dans un débat local, comme il se doit. Il ne s'agit de rien d'autre.

Démontrez nous en quoi s'attaquer spécifiquement aux minarets n'est pas une discrimination? Pour vous aider, je vous en donne ici une définition:

"Discrimination:
Action d'isoler, de distinguer et de traiter différemment certains individus ou un groupe entier par rapport aux autres et à leur appliquer un traitement spécifique, sans lien objectif avec le critère qui sert à distinguer le groupe. Discrimination sociale, raciale, sexuelle.
La discrimination a d'abord été identifiée comme une réduction arbitraire des droits, contraire à l'égalité en droit, et induisant une dévalorisation d'un groupe d'humains.
Socialement, la discrimination consiste à distinguer un groupe de personnes des autres, et à lui appliquer un traitement spécifique, sans lien objectif avec le critère qui sert à distinguer le groupe."

Je vous souhaite bonne chance et j'espère que votre bon sens résistera à la mauvaise foi, meme si j'en doute.

Écrit par : Fred | 25/10/2009

JJC, Suisse

C'est intolérable. Quand c'est que nos politiciens, Suisses ou ''Européens'' arrêtent de chercher midi à six heures ? Il faut vraiment être aveugle pour ne pas se rendre compte que l'Europe est envahie petit à petit par les idées et la culture intégriste. Ils l'ont promis, et ils sont en train de le faire. Doucement, sournoisement, mais sûrement. Personnellement je n'en veux pas de ça. Je suis européen libre de mes idées et gestes et je compte le rester. Quel avenir sommes nous en train de préparer pour nos enfants? Je ne peux pas imaginer que dans quelques années ici même en Europe, mes petits enfants soient obligés de porter la burka, et que mes petites filles subissent l'excision. Notre lâcheté n'a d'égal que le courage de nos ancêtres au moyen âge. Eux au moins, ils ont eu la sagesse et l'intelligence de prendre les bonnes décisions. Lesquelles ? Lisez un peu l'histoire. Mais en ces temps-là, le pétrole n'avait pas la même valeur marchande. En ces temps-là, ce n'était pas le pétrole, ou les grosses banques et entreprises qui gouvernaient une Nation. En ces temps-là, c'étaient des hommes, des vrais hommes, avec fierté (..) qui géraient la destinée d'une nation, voire d'un continent. RACISTE moi ? Je ne pense pas. REALISTE moi? Oui, car il faut vraiment être aveugle, pour ne pas l'être.

Écrit par : Patoucha | 25/10/2009

@ Carlitos de Unamuno

"Nous demandons aux musulmans qui vivent en Suisse de respecter nos lois et notre ordre social. (Eveline Widmer-Schlumpf.)

Elle devrait jeter un oeil sur le blog de Ramadan!

Bonne nuit

Écrit par : Patoucha | 26/10/2009

EWS veut changer la loi concernant les NEM. En matière de respect du droit, il faudrait d'abord commencer par soi-m^me surtout quand on représente le pouvoir juridique suprême. C'est une traîtresse sur toute la ligne!

Écrit par : Micheline | 26/10/2009

"En ces temps-là, ce n'était pas le pétrole, ou les grosses banques et entreprises qui gouvernaient une Nation."
Les grosses banques et les entreprises qui ont fait la prospérité de cette Nation, et font encore celle de nombre de ses habitants, vous remercie du soutien que vous leur porter. Quand elles auront décidé d'aller voir ailleurs si y a moyen de dénicher dynamisme, ouverture, ingéniosité, sécurité, fiscalité mesurée et liberté, nul doute que nombre de pays se presseront au portillon. Et nous aurons eu le mérite de crever droit dans nos bottes, dans la m**de certes, mais libres !

Écrit par : Tapioca | 26/10/2009

Parfois le réalisme prend le dessus :

http://www.lematin.ch/flash-info/suisse/ueli-maurer-peter-spuhler-contre-interdiction-minarets

Écrit par : Tapioca | 26/10/2009

Réalisme ? OUI, l'appel du muezz est déjà actif ! Le minaret n'attends que cela !!

Regarder ce qui ce passe:
1.- à PARIS, dans cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=WxDEo-NgwIU&NR=1
2.- à Milan, sur ces images : http://images.google.ch/images?hl=it&um=1&sa=1&q=Viale+Jenner&btnG=Cerca+immagini&aq=f&oq=&start=0

La prière (que je respecte, de même comme je respecte les musulmans) n'est plus intime ou personnelle, elle est devenue INTOLERANTE vis-à-vis des co-citoyens.

Ceci, nous, comme les musulmans modérés, n'en voulons pas !!
Votez "oui" à l'initiative.

Écrit par : JPierre | 26/10/2009

Les femmes de ce pays ne peuvent dire que OUI à l'Initiative!

Il ne faut pas mettre le pied dans ces entrailles, car nous perdrons les acquis de libertés et d'égalités un jour ou l'autre avec de tels débordements!

Evidemment EWS ne sera peut-être plus au gouvernement, mais elle pourra regarder le livre de son histoire politique et dire.....j'aurai pas pensé!
On le sait......elle pense pas cette femme.....elle trahit pour ses propres objetifs! Alors c'est vraiment pas une recommandation ni un exemple à suivre!

Écrit par : Corélande | 26/10/2009

Priez dans la rue cela veut dire deux choses, soit la mosquée est trop petite dans ce cas la municipalité doit en construire une plus grande, soit comme c'est dans le cas du port de la burqua en région parisienne une atteinte voulue et visible aux lois de la République tout comme le fait de siffler l'hymne national est un acte anti-français.

Écrit par : demain | 27/10/2009

@demain:
"la municipalité doit en construire une plus grande".. ah bon elle DOIT !
Au nom de qui, de quoi ?
- Boire dans la rue veut dire que la municipalité doit construire des Bistrots supplémentaires...
- Pissez dans la rue veut dire que la municipalité doit construire des WC supplémentaires...
- Crier dans la rue veut dire que la municipalité doit insonoriser les batiments...
- Cracher dans la rue veut dire que la municipalité doit nettoyer les trottoirs...
..., .... Quelle vision du monde vous avez !
On vous doit toujours tout et vous n'avez aucune obligation.

N'allez pas surtout pas votez, la municipalité va venir chez vous pour vous présenter l'URNE.

Écrit par : aujourd'hui | 27/10/2009

Je préfère que la municipalité offre un terrain ou s'en charge plutôt que les fonds à la construction des mosquées viennent de financement islamique.

Écrit par : demain | 27/10/2009

Bonsoir Yves.
Double langage?

http://www.udc-ge.ch/communiques_presse/cdp_2009.09.23-votations.sept.htm

"L'UDC a pris position sur les sujets des votations fédérales, cantonales et communale

En ce qui concerne l'Initiative fédérale "contre la construction de minarets", l'UDC a décidé de recommander le OUI à ses membres et sympathisants. La radicalisation de l'Islam constitue une des inquiétudes importantes de la société suisse. Le minaret constitue un symbole fort dénué de toute connotation religieuse, puisqu'il est inutile pour l'accomplissement des rites liés au culte ; la liberté religieuse ne sera donc pas affectée par l'interdiction de leur érection. La présence de minarets, dans les quelques communes de Suisse qui en ont, coïncide souvent avec la présence d'extrémistes ou des troubles religieux.
À Wangen, la mosquée arbore un minaret et le drapeau des Loups blancs, organisation turque islamo-nationaliste, bien connue pour ses positions extrêmes.
À Genève, c'est à l'ombre du minaret de la mosquée qu'œuvrent les frères Ramadan. Sous cette même ombre, à la sortie d'un culte, a eu lieu ce printemps un incident extrêmement grave : des fidèles sortant de la mosquée ont perturbé un cours scolaire de sport se déroulant sur un terrain situé près du minaret de la mosquée, conspuant violemment les élèves et leurs professeurs, parce que le cours était mixte, ce qui déclencha leur colère collective.
En interdisant la construction de minarets, le peuple suisse donnera un signal fort aux extrémistes, montrant qu'il ne tolère pas que la paix religieuse et la paix civile soient perturbées par des fondamentalistes confortés par la présence de minarets, constituant un symbole fort de la présence de l'Islam, propre à les conforter dans leurs actions intolérantes contre les règles de base de notre société, comme l'égalité de l'homme et de la femme, le respect de la personne humaine et le libre choix de la religion.
Enfin, la présence de muezzins ou de hauts-parleurs ne peut être exclue sur les minarets, même si les musulmans modérés nous assurent que tel ne sera jamais le cas : on sait que les éléments islamistes radicaux sont très puissants en Suisse, et que ce sont eux qui financent les mosquées."

"En ce qui concerne le dépassement de crédit du CEVA, l'UDC considère que ce chantier s'annonce très mal, puisqu'il dépasse déjà, avant le premier coup de pioche, les coûts prévus initialement. La manière dont les affaires sont habituellement gérées à Genève conduit à un doublement des coûts initiaux pour les grands chantiers publics. Le CEVA est visiblement mal conçu financièrement et techniquement, puisque l'Office fédéral des transports a imposé 318 modifications coûteuses au projet initial. La lecture des arrêts des juridictions fédérales montre au demeurant que, contrairement à ce que prétendent les milieux pro-CEVA, le début du chantier ne saurait intervenir moins d'une année après que tous les recours soient jugés. Le traitement de ces recours nécessitera au demeurant plusieurs mois, tant et si bien que le début des travaux ne peut sérieusement être envisagé avant 2012 ou 2013. Il ne s'agit donc pas d'une question urgente, ni d'un chantier qui va relancer l'économie genevoise à court terme.
Enfin, le CEVA s'inscrit dans un projet d'agglomération pour lequel la population genevoise n'a jamais été consultée. Symbole de la démocratie dite "participative", la décision de constituer une agglomération de plus d'un million d'habitants n'a jamais été soumise à un véritable processus démocratique, le seul admissible : la consultation populaire par les urnes.
En résumé, le CEVA s'annonce d'ores et déjà comme une "genevoiserie" de plus, mal conçue, mal étudiée, sans maîtrise des coûts, affectée d'un déficit démocratique considérable, puisqu'il s'inscrit dans un projet d'agglomération jamais soumis au verdict populaire et dont il n'est pas certain que les Genevois veuillent.
"

Et juste en bannière, votre charmant minois!

À n'y rien comprendre, non?

Écrit par : Mireille Luiset | 27/10/2009

Juste un clin d'oeil de Khadafi:

"Kadhafi : "l'Europe sera musulmane ou devra déclarer la guerre aux Musulmans !"

Faites de beaux rêves

Écrit par : Patoucha | 29/10/2009

Merci pour votre magistrale prestation de ce matin sur les ondes de RadioCité en ce jour de commémoration de la Chute du Mur du totalitarisme !!

Écrit par : Micheline Pace | 09/11/2009

Billet vraiment bien écrit, avec un style bien intéressant. Je viendrais parcourir les prochains dès que possible! A bientôt ;)

Écrit par : Gagner-loto.com | 06/11/2011

C'est cela! mais pas avant 2013.....

Écrit par : Patoucha | 06/11/2011

C'est un article de septembre 2009..

Patoucha, vous aviez raison! Combien de mosquées construites depuis en Europe? Vauquier maire du Puy en Velay en France dans le massif central c'est fait avoir.

La charia s'applique de plus en plus dans les villes, Sami Aldeeb avais également raison.

Continuons comme cela nos enfants irons pisser sur les tombes de leurs parents, ils auront raison.

Au fait la liberté de penser n'est en aucun cas la liberté d'avoir un dieu pour tuer l'autre.

La liberté de croire s'arrête lorsqu'elle empiète sur la liberté de l'autre à tous points de vues sonores, visuels etc...

Au fait, avez vous la preuve de l'existence d'un dieu? C'est juste pour les enfants qui crèvent de faim, les guerres de religion, les chrétiens que l'on assassinent chez les musulmans, les musulmans qui sont assassinés par des musulmans, des Juifs que l'ont veut tuer et, à l'occasion, rayer Israël de la carte du proche orient; des mécréants que les musulmans veulent tuer, des pédés qu'ils veulent lapider..etc...etc...

Si vous avez la preuve qu'il existe, appelez le vatican qui n'y a jamais cru, ils savent pourquoi c'est une monarchie patriarcale! (modèle de gouvernance monarchique issue des rois pharaons)

Écrit par : Pierre NOËL | 06/11/2011

Les commentaires sont fermés.