18/11/2009

L’âme des tribus

Yves-007305.jpg

 (Chronique parue dans le Nouvelliste du 17 novembre 2009)

 Plus les frontières s’effaceront sous la pression d’une économie mondialisée, plus les peuples crieront fort leur besoin d’enracinement local et national. Et plus ils se tourneront vers le politique. Dont ils attendent qu’il jugule pour eux les vents brutaux de la mondialisation. Paradoxe de la modernité : voici venir le temps des tribus. C’est pour l’avoir compris avant d’autres que l’UDC  s’est taillé le succès national que l’on sait. Laissant loin derrière elle des adversaires hébétés, muets ou vitupérant  à s’en casser la voix le retour d’idées prétendument d’un autre âge.

Au-delà du discours politique, c’est à l’inconscient d’une tribu que parle un Christophe Blocher. A son oreille qu’il souffle. Sa tribu, c’est celle que forment ensemble les cantons confédérés. Mais il en d’autres tribus en terre d’Helvétie : les cantons, chacun une tribu à part entière. Avec ses oreilles propres, son inconscient particulier, les traumatismes de son histoire, ses langues et son identité. Et ces tribus cantonales sont bon public. On vient de s’en apercevoir à Genève, après le Tessin. Deux territoires qui font frontière, à l’heure où précisément on sacrifie les frontières, entre les tribus confédérées et le restes du monde. Il était logique que ces tribus là soient premières à s’émouvoir.

Hier la ligue des tessinois, aujourd’hui le mouvement des citoyens genevois parlent des maux de la tribu. Un chef de meute s’y dresse, avec l’audace de celui qui n’a rien à perdre. Et défie l’époque. Vitupère les élites avachies. Parle à l’âme de la tribu. Au nom de la tribu. Evoque le territoire de chasse des ancêtres. Il peut tout dire, ce chef. Il a l’oreille de la tribu. Il peut dire le vrai comme le faux et même le manifestement tout faux. Peu importe. Sa légitimité ne réside pas dans la statistique. Mais dans l’incarnation. Que d’autres ont désertée.

Cette légitimité a ses impasses, ses dangers, son autodestruction programmée. Mais dans l’intervalle, elle va perdurer. Tant que personne ne sait murmurer à l’oreille des tribus cantonales. Dans leur dialecte. Qui n’est pas le langage de la la tribu fédérale.

 

11:27 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | |

Commentaires

"L'âme des tribus" ou "Le tribut à l'âne"

... Non! Zut!... Pas l'âne, le bouc! La mascotte de l'UDC, c'est le bouc. Un animal nommé Zottel.
La tribu est tributaire d'un bouc! La tribu devrait se taire! En tout cas les voix de celle-ci ont été insuffisantes pour placer Nydegger à sa tête. Il est même bon dernier!

C'est peut-être pourquoi le billet ci-dessus est une con-tribu-Sion au Nouvelliste!

Écrit par : Père Siffleur | 18/11/2009

@ Père Siffleur;

Apprenez déjà à écrire correctement le nom de votre interlocuteur...Et puis, à défaut d'être un véritable serpent à sonnettes (mais plutôt à sornettes), l'autruche vous correspond davantage, tant vous vous enfoncez la tête dans le sable face aux réalités de notre pays.

Apprenez également à respecter le jeu démocratique, à savoir garder du respect pour les vainqueurs, mais surtout pour les vaincus. Votre "post" démontre, une fois encore, que les personnages de votre espèce (Autruche!) ne sont pas démocrates...Ah, la pensée unique vous va si bien!

Écrit par : bob | 18/11/2009

Monsieur le Beau B,

je présente mes plus plates excuses à Monsieur Nidegger et vous remercie grandement d'avoir relevé ce crime de lèse-Yves. (Il me semple que là le "Y" est de mise).

J'ai toujours eu beaucoup de peine avec les noms PROPRES! C'est probablement parce que, comme vous le dites si bien, je fais un SALE boulot de sape de la démocratie (pour autant qu'elle existât). Tout le contraire de l'UDC qui, elle se sert de la démocratie comme d'un drapeau, lorsque cela l'arrange. Vous avez encore raison pour elle ce n'est qu'un jeu!

Je vous remercie aussi de m'avoir prêté une pensée, même unique. D'autres de vos congénères ne m'en attribuent absolument aucune. En fait, la seule que j'aie, n'est pas à moi, elle est à Pierre Desproges. Il a pensé qu'il était possible de rire de tout, mais pas avec tout le monde.
... Et il appert que vous n'êtes vraiment pas tout le monde! Vous n'êtes que Monsieur Beau B!

Et le fait que vous me traitiez d'autruche, m'émeus beaucoup. Car il vaut mieux être autruche que d'être d'Autriche et se nommer "Libre Chanteur".

Toutes mes excuses pour cette traduction bancale. Elle es faite uniquement par peur de me tromper d'orthographe. Je ne sais jamais si je dois écrire "Freisinger", "Freysinger", "Freisynger" ou même "Freysynger".
Ah la la!... Ces "i" grecs!... On a que des ennuis avec les étrangers!... Là, j'imagine (mais je ne pense pas) que vous êtes d'accord avec moi?

Écrit par : Père Siffleur | 18/11/2009

"Ils" ont gagné! Les tribus dont de retour! Ici radio Waziristan!

Maître Métastase, quel style! Vous êtes véritablement impayable! On dirait presque du Decaillet!

Écrit par : Azrael | 18/11/2009

@ Père Siffleur;

Excellent "post" (dans la forme)! J'ai beaucoup ri!!! Dommage que nous ne soyons pas d'accord sur le fond...

A bientôt!

Écrit par : bob | 19/11/2009

@Père siffleur:
Ainsi donc vous reconnaissez être une autruche ou un émeu ?

N'oubliez pas que lorsque vous vous enfoncez la tête dans le sable, une partie de votre éminence dépasse et un jour vous allez vous faire en..... si ce n'est pas déjà fait !
Un autre disait on ne peut pas courir plus vite qu'une balle alors autant l'affronter, vous vous avez choisi de courir mais vous n'irez pas loin...

Écrit par : naconda | 19/11/2009

À Naconda,

Je suis peut-être une autruche ou même un émeu, mais vous devez être un serpent pas forcément parmi les plus malins!... Vous me voyer, courir la tête dans le sable!... Vous n'aviez pas vu l'oxymore ou est-ce que vous avez cherché à me faire marcher?

Il est vrai que, même en courant, je n'irai pas loin. Mais je suis déjà revenu de tout, donc aussi lorsque j'ai rencontré des rigolos dans votre genre!

Quand à mes fesses, pas touche! Je m'en occupe! Et ce n'est pas vos envies d'enculade* qui vont me faire peur! Serrez les vôtres avant que je n'y envoie ma chaussure.

*Vous pensez allez loin et, en fait, vous tournez en rond: vous avez peur des mots!

Écrit par : Père Siffleur | 19/11/2009

Bonsoir M. Nidegger

"...Tant que personne ne sait murmurer à l’oreille des tribus cantonales. Dans leur dialecte. Qui n’est pas le langage de la la tribu fédérale...."

Comme je vous l'ai laissé entendre (^_^) de vive-voix, je crains que vous ne soyez pas "l'homme qui parlait aux genevois...aux suisses"

Allez, je ne tiens pas à passer pour une Cruella d'Enfer et vais retenir mes mots ;)

Bonne soirée

Écrit par : Mireille Luiset | 29/11/2009

Les commentaires sont fermés.