08/01/2010

2010, année héroïque

(Chronique parue dans le Nouvelliste du 4 janvier 2010)

Yves-007305.jpg

Elles avancent, depuis la chute du mur, telles des plaques tectoniques condamnées à se heurter, un jour ou l’autre, dans un choc de feu et de gravats. Elles, c’est la plaque continentale européenne, d’une part, libérée de sa gangue à la fin de la guerre froide, enivrée de mondialisation, s’ébrouant dans le détroit de l’histoire d’un siècle nouveau qui lui lâche enfin la bride, pour un temps : Elargissement rapide à vingt-sept Etats, jadis divorcés entre Est socialiste et Ouest démocratique, entre Nord protestant, industrieux et Sud agraire, catholique ou orthodoxe. Approfondissement tout aussi rapide, de la Communauté économique à l’Union politique, du traité multilatéral au quasi Etat, avec constitution, parlement, présidence, monnaie et fonctionnaires. Plus petite par la taille, c’est d’autre part la plaque de la culture politique, en chemin, tellement proche de l’Europe par l’esprit, tellement éloignée de sa lettre ; on l’appelle la Suisse : fédéralisme, démocratie semi-directe et peuple souverain récusant les juges étrangers qui osent s’aventurer dans ses vallées.

L’affrontement des deux plaques était programmé. Il aura lieu en 2010. Sur un champ de bataille nommé « libre circulation des personnes ». Chacun savait que c’est là qu’on viendrait pour en découdre. Tôt ou tard, mais dès l’aube du siècle et à la baïonnette. On l’avait anticipé au point de lier à cette bataille six traités, d’importances variables mais déterminantes. Personne ne devait ignorer le sillon par où coulait le Rubicond : on y avait même dressé une guillotine, barrant l’horizon de son hombre noire comme un ciel d’apocalypse. 

Pour autant, personne n’était dupe : on n’arrête pas la dérive des plaques. Le compte à rebours avait commencé avant même que n’ait séché l’encre des traités signés. Le choc était inévitable. Entendez, dans les brumes de janvier 2010, résonner le cliquetis des armes. Les troupes sont réunies. Préparée pour ce jour, l’UDC ne s’étonne guère de se trouver là. En ordre de bataille, derrière son vieux général. Pendant toute l’année 2009, les légions de l’Union européenne ont pilonné la Suisse. L’immigration a atteint un seuil d’intolérance reconnu. Le chômage menace les jeunes et les anciens. Le secret bancaire est à genoux. Les traités d’entraides jetés aux hosties. Et les Suisses sommés par leurs voisins de renoncer aux inconvenances de leur démocratie. Il n’en fallait pas plus pour que l’année  2010 soit déclarée année de la riposte. Mieux vaudra ne pas être à côté de la plaque.  Bonne et heureuse année à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | |

Commentaires

Et encore un texte, après les affiches, aux relents des années trente.
Merci M Nydegger!

Écrit par : broutard | 08/01/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Nidegger,

à juste titre, broutard oublie sciement de dire que c'est justement cette attitude, très helvète, de ne pas accepter les juges étrangers, l'ordre mondial établit, qui a permis à ce que la Suisse n'adhère pas au National Socialisme des années 30 et conserve son indépendance.

Pendant que d'autres, ici même, prônaient l'adhésion...

Révisez votre Histoire Broutard, vous seriez peut être plus objectif... et relisez particulièrement le passage Otto Minger. Heureusement, pour votre confort actuel, il y avait déjà des patriotes attachés aux valeurs qui ont construit ce beau pays qui est le nôtre et qui ne sont toujours prêts à y renoncer.

L'Europe n'a jamais été un exemple de démocratie, nous oui.

:o)

Bonne et heureuse année 2010,

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 08/01/2010

Malheureusement ce que vous écrivez Stéphane n'est qu'un phantasme de petit suisse nationaliste, lâche et inculte..

La Suisse, ce petit état nauséabond et raciste, a adhéré plus que tout autre au fascisme, particulièrement les collabos comme vous qui se proclament patriotes.

Ce sont ces pleutres sans honneur, qui, avec leurs maîtres à penser, les industrielles, les patrons, les banquiers et les udc de l'époque, ont servis Hitler avec zèle et obéissance; provoquant ainsi la mort de centaines de milliers d'innocents, et s'enrichissant au passage avec leurs dents en or.

La Suisse n'existe pas, pas de langue qui lui est propre, pas de culture et une histoire composée de lâchetés et de trahisons qui a conduit cet abcès qu'est la Suisse à toujours se mettre du coté de la lie de l'humanité.

Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les déchets qui composent cette fosse d'aisance idéologique qu'est l'udc.

Écrit par : Le Camarade Staline | 09/01/2010

C'est toujours rassurant de voir qu'on peut toujours se servir d'un clavier avec une camisole de force et qu'Internet est disponible à l'asile.

Écrit par : Géo | 09/01/2010

@Le camarade...
Tenez-vous Sieur Staline pour un mètre-étalon de l'humanisme?
Force nous est de constater le résultat de ses actes.
En bref; votre commentaire, prouvant votre grave inculture et mépris d'un peuple ayant prouvé ses qualités tant sur le plan humain que social etc.., ne suscite qu'une réponse:
La Suisse vous répugne?
Il existe une grande liberté, PARTIR!

Oignez vilain, il vous poindra - Poignez vilain, il vous oindra(Proverbial)

@Géo...
Vous voyez, vos séjours en cliniques vous aurons au moins apporté un soupçon de culture!



@Yves, j'aime vos lapsus:

hombre (HOMBRE est un film sombre de Martin Ritt, un peu comme " collatéral " on sait que l'on ne s'en sortira pas....) mais "hombre" en espagnol,c'est l'homme ^^

hosties..."L'hostie, dans les rites liturgiques chrétiens, est du pain que l'officiant consacre pendant la célébration de l'Eucharistie en vue de la communion. "

Vous voyez qu'on y arrive! ;)

Écrit par : Mireille Luiset | 16/01/2010

La culture, chère Mireille Luiset, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale.
Votre commentaire est là pour le prouver...

Écrit par : Géo | 16/01/2010

@Géo...

Pfffffffffffff............

J'adore l'avis d'un expert !!!!!!!!

:o))

Écrit par : Mireille Luiset | 16/01/2010

Cher Monsieur Nidegger, En general je suis d'accord avec vous et j'esperais que vous serez charge de la Justice et Police pour faire de l'ordre dans cette situation ou les gens ne sont plus proteges par la police car les criminels courent impunis dans les rues, ou on ne peut plus sortir le soir par peur d'aggressions, ou les casseurs sont libres de detruir les vitres pendant les manifestations sous les yeux de la police. S'il y a d'intolerance envers les immigrants, c'est parce qu'ils commettent de crimes a repetition et personne n'est expulse. Desesperant et incomprehensible. Le Canton de Vaud a expulse 90 criminels etrangers en 2008, Geneve 10, pourtant c'est ici qu'il y a d'avantage de criminalite. Quant aux jeunes au chomage: il est aberrant que 70,000 francais viennent travailler a Geneve quand il y a 30,000 chomeurs. Il est difficile d'imaginer qu'ils font tous de travail que les Suisses ne sont pas capables de faire. Combien coutent tous ces chomeurs a la collectivite? En plus, c'est traumatisant pour les chomeurs. Je connais 2 personnes qui etaient renvoyes pour etre replaces par des francais. Que de problemes dans ce beau pays qui etait encore il y a 15 ans paisible, ou regnait l'ordre et la securite. Bonne Annee quand'meme! Livia

Écrit par : Livia Varju | 19/01/2010

Cher Monsieur Nidegger... Tres cher Stéphane... je crains d'avoir beaucoup de mal à rassembler mes idées alors je vais être bref...

oui Mr Nidegger votre texte, au demeurant bien écrit, dans un style agréable, ce qui le rend d'autant plus dangereux, véhicule des idées nauséabondes des années 30. Celles qui invitaient les citoyens de chaque pays à se renfermer sur eux mêmes et à considérer tout étranger comme un ennemis dont la culture devait à tout prix, même le plus fort, être cantonner à l'extérieur de nos frontières au risque d'une contamination forcément nuisible... l'ennemi n'est pas l'etranger mais le pouvoir du capitalisme mondialiser dont l'objectif n'a jamais été l'amélioration des conditions de vie des citoyens mais le seul enrichissement personnel et confiscatoire des quelques privilégiés situés en haut de la pyramide...

Mon très cher stéphane... je crains que l'invitation que tu as pu lancer à Broutard puisse t être retournée... un rapide retours sur les cours d'histoire, voir de philosophie, ne me semble pas inutile.

je te sais soucieux du sens des éots et de la sémantique. dès lors tu ne peux en conscience écrire, et pire penser, que l'europe n'a jamais été un éodèle de démocratie là ou la suisse le serait... amalgame maladroit, si ce n'est volontaire et populiste, l'europe est un continent et non une entité supra nationale telle que l'Union européenne... L'europe abrite sur ses terres la grèce et l'Italie lesquelles ont été pendant bien lomgtemps, ne t'en déplaise, des modèles de démocratie...

enfin, quant à cette attitude très helvète de ne pas accepter les juges étrangers et l'ordre mondial... que dire si ce n'est que ce fantasme est mort, de sa belle mort, bien avant les années 30... toujours est-il qu'aujourd'hui la suisse se doit, ne serait-ce que par ce qu'elle représente dans l'ordre démocratique mondiale, de respecter ses engagements internationaux au risque d'un replis définitif et mortiphère sur elle même...

enfin et pour finir, Mireille, chère Mireille comment pouvez vous considérer la suisse, dont vous vous réclamez, comme un modèle de démocratie et souhaiter le départ de celui qui ose vous contredire, serait-ce maladroitement ou brutalement...

parfois il est à craindre que le dogme l'emporte définitivement sur la raison... triste époque... laquelle effectivement emporte avec elle quelques relents particulièrement nauséabond... j'ai mal à ma suisse...

cordialement tout de même

matthieu

Écrit par : matthieu | 19/01/2010

L'UDC ne pense pas que tout etranger est un ennemi, mais tout criminel etranger est un ennemi, ainsi que tout etranger qui ne respecte pas nos valeurs democratiques et qui veut imposer ses coutumes et ses lois qui ne sont pas democratiques et qui violent les droits humaines. Sont aussi ennemis les etrangers qui ne sont pas reconnaissants d'avoir ete accueillis dans ce beau pays avec des privileges dont ils pouvaient que rever dans leurs pays d'origine, mais qui se plaingent sans cesse.

Écrit par : Livia Varju | 21/01/2010

@Matthieu, cher Matthieu...
Puis-je vous demander une faveur?
Veuillez relire mon post et vous constaterez que que je n'ai pas répondu à un contradicteur mais exprimé mon ressenti suite à une loghorrée anti-Suisse qui m'insupporte.

Le Camarade si mal en Suisse possède une liberté immense: partir.

Et je le lui ai remis en mémoire au cas où...car la Suisse n'est pas une geôle!

Puis-je aussi une remarque? mais ne vous en offusquez pas, je vous prie ;)

Aucun commentaire suite aux mots si doux de notre très cher et patriote @Le Camarade Staline?

Mmmmm.... ah, suis-je stupide...la fameuse et sacro-sainte "Pensée Unique"!

Allez, je file me couvrire la tête de cendre...
Douce soirée

Écrit par : Mireille Luiset | 24/01/2010

L'Etat, c'est NOUS!

Écrit par : Patoucha | 25/01/2010

Bonsoir Monsieur Nidegger,

Je m'adresse au Député en le priant de bien vouloir se pencher humainement sur le cas de Paula qui a fait l'objet d'un article ce 22 Janvier sur la TdG que je passe ci-après tout en vous demandant d'excuser ce HS. Je vous en remercie.

Salutations distinguées.


Sœurs jumelles brésiliennes: l’expulsion menace

Malgré de nombreux soutiens, Paula, qui dit être incapable de vivre loin de sa sœur jumelle Flavia, a jusqu’à la fin du mois de mars pour quitter le pays.

C’est dans une chambre de l’Hôpital cantonal que Paula Souza Domingos explique son entretien du 4 janvier à l’Office cantonal de la population. Une rencontre organisée pour préparer son expulsion. Car son intégration, son attachement à sa sœur jumelle Flavia – qui vit également ici – ou la demande de régularisation de son employeur (un EMS) n’auront rien changé (lire nos éditions du 18 décembre). Les autorités lui laissent jusqu’au 31 mars pour quitter le pays.

Si l’interview se déroule dans cet environnement hospitalier, ce n’est pas parce qu’elle est elle-même infirmière de formation. C’est que Pierre Amann, son grand-père adoptif, celui qui se bat pour qu’elle puisse rester, est gravement atteint dans sa santé. Et qu’il a voulu malgré tout être là pour témoigner une nouvelle fois.

Désormais incapable de parler, l’homme doté d’une belle énergie que nous avions rencontré en décembre communique désormais par l’intermédiaire d’un bloc-notes. «Moi, je meurs avec du soutien, écrit-il. Mais Paula, que va-t-elle devenir, après?» Ainsi qu’il nous l’avait raconté, il connaît Paula depuis une dizaine d’années. C’est elle qui l’avait soigné lors d’une longue et douloureuse convalescence.

Révolté, Pierre Amann a remué ciel et terre pour sa protégée. Il a écrit aux administrations à Berne et à Genève, a envoyé un courrier à Eveline Widmer-Schlumpf. Sur son blog (http://blondesen. blog. tdg. ch ), il a lancé une pétition. «Nous avons récolté 400 signatures et cela continue», précise Pascale Borgeat, un soutien venu du monde des blogs.

En dépit de l’émotion suscitée par son cas, la position des autorités fédérales n’a pas bougé d’un iota. «J’ai rencontré le 4 janvier un homme très aimable à l’Office cantonal de la population, explique Paula, mais je sentais bien qu’il ne pouvait rien faire. Il avait des ordres de Berne. » Tout ce qu’elle a pu obtenir est un report de son départ du 16 février au 31 mars.

Etrange conférence de presse dans un lieu bien singulier. Et durant ce temps, Paula continue à prodiguer des soins à son «grand-père», la main sûre, très professionnelle. Elle ne craquera que hors de la chambre, quelques larmes de désespoir. «Tu vois, tu ne peux pas partir, lui glisse Jacqueline Wang, une amie. Le chef a besoin de toi. »

Eric Budry

Écrit par : Patoucha | 25/01/2010

@ mireille, Chère Mireille...

autant pour moi, vous avez parfaitement raison de me critiquer sur ce coup!

obnubilé que je peux être par moment, du fait d'une exaspération provoquée par certains blogueur, je n'ai pas jugé bon d'être aussi critique à l'égard de ceux qui critiquent la suisse qu'à l'égard de ceux qui critiquent la france... vous avez raison et je rectifie immédiatement... il est en effet parfaitement intolérable d'écrire les inepties ridicules du camarade staline, ceci étant, son pseudo suffit à qualifier son propos... ridicule, déplacé, et surtout dangereux...

en espérant ma faute réparée...

Matthieu

Écrit par : matthieu | 26/01/2010

@Matthieu...

Très cher, vous êtes tout excusé ^_^

bonne fin de soirée

Écrit par : Mireille Luiset | 31/01/2010

Les commentaires sont fermés.