26/03/2010

L’œil état dans la tombe…

(Chronique parue dans le Nouvelliste du 26 mars 2010)

Après la langue de bois, la gueule de bois. Les chiffres crus de l'Office fédéral des ­statistiques sont tombés comme une goutte de piment d'Espelette dans la bouche ­pâteuse d'un lendemain d'hier.

La publication lundi de la ­première ­statistique fédérale agrégeant les données ­policières des cantons pour en tirer ­l'inventaire systématique du crime en Suisse, infraction par infraction et selon l'origine des prévenus, relègue ­définitivement les pires ­fantasmes de l'UDC au rang de rêveries virginales à l'ombre des cerisiers en fleurs.

Sans appel et sans surprise: ceux qui s'identifient le moins au pays sont ceux qui le ­vandalisent le plus.

La palme revient donc ­naturellement aux requérants d'asile (généralement faux), avec un score imbattable de crimes et de délits graves. ­Suivis par les étrangers ­clandestins, qui commettent plus de ­crimes et de délits que les étrangers au ­bénéfice d'un permis de séjour.

Et enfin, même après avoir ­relativisé le nombre des ­homicides par celui des ­infractions routières, les Suisses qui ­ferment la marche dans les profondeurs du classement.

Le contraire aurait été ­surprenant tant il est humain de se comporter différemment selon que l'on est placé sous le regard ­intrusif des membres de la tribu dont on partage ­l'histoire et les jugements de ­valeurs ou que l'on se trouve isolé en ­terrain ennemi avec pour seule boussole les ­impératifs de sa propre conscience et ceux de la ­nécessité.

A la guerre comme à la guerre.

C'est le syndrome, connu, du troupeau d'Allemands en ­goguette abandonnant force canettes sur la plage dalmate des vacances avant de s'en ­retourner à Munich y ­poursuivre le tri religieux de ses déchets, tous biodégradables.

Devenu adulte, le petit prince se sent ­toujours plus ­responsable de ce qu'il a ­apprivoisé que de ce qui lui est étranger. On peut le regretter, c'est comme ça.

Les 220 000 signataires de ­l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers l'avaient compris avant les statistiques: il faut un œil. Soit il est dans la tombe et regarde Caïn.

Soit il porte le képi et la robe du juge.

Yves-007305.jpg

08:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (43) | |  Facebook | |

Commentaires

Il semblerait que la société angélique suisse a touché le fonds du puits. De plus en plus de gens relèvent la tête et regardent la réalité en Suisse. Un signe ne trompe pas : même à 24 heures, qui jusqu'à peu était une succursale de la Voix Ouvrière, on permet à l'opposition "bourgeoise) (les gens normaux, quoi...) den s'exprimer. On a pu y lire les voix critiques à l'engagement illégal d'apprentis sans papiers. On y apprend aujourd'hui par exemple que la communauté de sans-papiers équatoriens à lausanne est composée de 5000 personnes. Je ne sais d'où viennent ces chiffres, mais c'est simplement ahurissant. Continuez de voter socialiste, mes chers amis compatriotes : dans 10 ans, vos enfants seront refoulés de ce canton comme de vulgaires Serbes de leur terre d'origine, le Kosovo...
Et imaginez ce qu'il adviendrait de 5000 Suisses qui voudraient s'établir sans papiers dans une ville de l'Equateur...

Écrit par : Géo | 26/03/2010

Ah, et juste à propos, après le TJ. 63 policiers suisses se sont fait terrorisé par 27 requérants d'asile nigérians à l'arrivée àLagos, qui leur ont piqué leur fric, leur téléphone portable, tout.
la prochaine fois, je propose que la Suisse affrète un A-380 avec 700 policiers suisses à bord et un refoulé nigérian, pour mieux respecter le rapport de force.
Policiers suisses, on savait que vous étiez des lopettes, mais à ce point-là, non, vraiment...

Écrit par : Géo | 26/03/2010

"...il est humain de se comporter différemment selon que l'on est placé sous le regard ­intrusif des membres de la tribu dont on partage ­l'histoire et les jugements de ­valeurs ou que l'on se trouve isolé en ­terrain ennemi avec pour seule boussole les ­impératifs de sa propre conscience et ceux de la ­nécessité."

Cette réflexion, que je partage pleinement, s'applique peut-être tout pareillement aux mercenaires du football...

Ce qui nous conduit à observer que les joueurs "valaisans" sanctionnés par le FC Sion se nomment Serey Die, Aleksandar Mitreski, Antonio Dos Santos et Aleksandar Prijovic.

Écrit par : Scipion | 26/03/2010

Monsieur Nidegger,

Ce qui me déçoit le plus dans votre "chronique", ce n'est pas votre analyse des statistiques - étant entendu que lorsque j'écris "votre" analyse, il s'agit d'une formulation impersonnelle qui vise bien plus votre parti que vous-même - mais bien la banalité du propos.

Ne pourriez-vous pas essayer un jour d'apporter un nouvel argument, un nouvel éclairage à ce sujet? Cela fait des années et des années que vous dites les mêmes choses et que chaque fois, vous présentez le sujet comme si l'ampleur du problème était soudain révélée au grand jour. Oh la surprise. Grand dieu, quel scoop.

Pour la forme, je répéterai donc une énième fois les arguments que l'on peut aisément vous opposer, à savoir qu'il faut soit être un imbécile soit être de mauvaise foi pour ne pas faire le lien avec les facteurs de la criminalité (facteurs qui sont reconnus, démontrés et exposés depuis des années et des années par tous les criminologues de la terre), à savoir que la précarité, le manque de perspective d'avenir et la discrimination favorisent la criminalité.

Par conséquent, ce n'est pas une surprise de constater que la palme revient aux requérants d'asile, avec un score imbattable de crimes et de délits graves. Suivis par les étrangers clandestins, qui commettent plus de crimes et de délits que les étrangers au bénéfice d'un permis de séjour.

A toutes fins utiles, j'ajoute que l'on peut constater que les hommes commettent également bien plus d'infractions en général que les femmes. Vous savez sûrement - puisque vous êtes un spécialiste de la question - que parmi la population étrangère, il y a plus d'hommes que de femmes. Il ne faut ensuite pas avoir besoin d'être un génie pour faire les liens nécessaires et tirer les conclusions qui s'imposent: c'est bien en luttant contre la discrimination et la précarité et en apportant des perspectives d'avenir aux ressortissants étrangers en Suisse que nous pourrons obtenir de meilleurs résultats.

Pour commencer, il faut prendre le problème de la criminalité dans sa globalité et ne pas le réduire comme vous le faites à la question de l'origine des personnes, l'origine n'étant en soi pas un facteur aussi déterminant que les facteurs susmentionnés. Il va de soi que personne ne nie les constatations que vous faites entre étrangers et criminalité, mais c'est bien les conclusions que vous en tirez ensuite qui sont bien friables.

Votre parti - comme à son habitude - utilise la dangereuse méthode bien huilée qui consiste à stigmatiser les minorités, les plus faibles, à jouer sur la peur de l'étranger et à faire passer celui-ci comme plus criminogène que le suisse "pure souche", ce qui est bien entendu totalement faux et qui s'explique déjà en partie par ce que je viens de mentionner ci-dessus.

M'enfin, je reconnais que la façon de votre parti de présenter les choses remporte du succès auprès d'une large couche de la population. Et c'est pour cela que c'est dangereux et pitoyable. Et surtout pour cela que je n'aurai de cesse - fort heureusement avec beaucoup d'autres - de tenter de ramener le débat sur le plan de la raison plutôt que de verser dans le psittacisme et le fantasmagorique.

Écrit par : Ngabo | 26/03/2010

"On y apprend aujourd'hui par exemple que la communauté de sans-papiers équatoriens à lausanne est composée de 5000 personnes. Je ne sais d'où viennent ces chiffres, mais c'est simplement ahurissant."

Toujours méfiant, j'ai voulu vérifier. Or, voici ce que j'ai trouvé :

"Ces milliers d’Equatoriens qui vivent parmi nous en clandestins"

Il est question de six mille personnes dans le canton, et l'article se trouve ici, avec des chiffres fournis par le "Service vaudois de la population" :

http://www.illustre.ch/ces_milliers_qui_vivent_parmi_nous_en_clandestins_43316_.html

N'y manque même pas le chantage aux enfants :

"«Leur vie est ici, disent les parents. On ne peut pas les arracher de cette terre pour les renvoyer dans un pays où ils ne connaissent rien.»

Et passez muscade !

P.S. - Pour faire passer la pilule équatorienne, on nous précise qu'il n'y a "que" 15'000 clandestins dans le canton de Vaud.

Écrit par : Scipion | 26/03/2010

"Ne pourriez-vous pas essayer un jour d'apporter un nouvel argument, un nouvel éclairage à ce sujet?"

Vous manquez pas de culot, alors que vous êtes en train de recycler des arguments que vous m'opposiez il y a des années sur "Infrarouge" :o)

"...à savoir que la précarité, le manque de perspective d'avenir et la discrimination favorisent la criminalité (...) (facteurs qui sont reconnus, démontrés et exposés depuis des années et des années par tous les criminologues de la terre)..."

Il ne messiérait pas de préciser qu'il s'agit de "tous les criminologues de la terre issus de mai 68", la discipline étant aussi corrompue idéologiquement que la sociologie, comme me le disait un inspecteur de la Sûreté genevoise, il y a une vingtaine d'années déjà.

Écrit par : Scipion | 26/03/2010

@Ngabo

Votre argumentaire est très bien construit et intelligent, mais je crains fort qu'il ne tombe dans les oreilles de sourds et qui sont par dessus le marché, dénués de tout humanisme!

Écrit par : zakia | 26/03/2010

@ Scipion

C'est bien pour cela que j'ai écrit "Pour la forme, je répéterai donc une énième fois".

"comme me le disait un inspecteur de la Sûreté genevoise, il y a une vingtaine d'années déjà"

Votre référence, elle déchire.

Écrit par : Ngabo | 26/03/2010

"Votre référence, elle déchire."

Beaucoup plus que vous ne croyez, puisqu'il s'agissait du fondateur de la "Revue internationale de criminologie et de police technique", organe officiel de l'Association internationale des criminologues de langue française (AICLF). Autant dire un expert installé aux premières loges.

Sacré Ngabo :o) Il suffit de poser un noeud coulant par terre, le reste suit tout seul...

Écrit par : Scipion | 26/03/2010

@ Scipion

Vous vous tirez dans le pied, mon cher. Vous feriez mieux de lire cette revue qui - je vous l'apprends peut-être - va dans mon sens et non pas dans le vôtre.

M'enfin, je me mets à votre place. Il est vrai qu'il vous est difficile de contester les travaux des criminologues qui font autorité dans leur domaine. Il est plus mâlin - et je reconnais volontiers votre adresse sur ce point - de prétendre que la discipline est "corrompue", surtout que le lecteur n'est pas forcément criminologue non plus.

Il ne suffit fort heureusement pas d'affirmer que la terre n'est pas ronde pour la rendre plus plate.

Vos affirmations n'y changeront rien. M'enfin, vous me permettrez quand même - juste pour la forme - de vous demander avec humilité si vous pouvez, par hasard, nous démontrer en quoi la discipline est "corrompue" car ce n'est pas les soi-disants propos vieux de 20 ans de votre fondateur qui vont franchement remettre en question l'intégrité de la discipline.

M'enfin, quoique. Je peux comprendre qu'un type comme vous se suffise de tels propos pour se faire une idée sur une discipline qui forcément ne vous convient pas à vous et à vos idées répugnantes.

Écrit par : Ngabo | 26/03/2010

"Vous vous tirez dans le pied, mon cher. Vous feriez mieux de lire cette revue qui - je vous l'apprends peut-être - va dans mon sens et non pas dans le vôtre."

Encore raté, vous, vous parlez de la ""Revue internationale de criminologie et de police technique ET SCIENTIFIQUE", nouveau titre de la publication après que son fondateur, aujourd'hui décédé, l'ait cédé à l'équipe actuelle qui n'a plus du tout le même esprit.

Pour le reste, figurez-vous que c'est encore qui sais ce qu'il m'a dit :o)

"vous me permettrez quand même - juste pour la forme - de vous demander avec humilité si vous pouvez, par hasard, nous démontrer en quoi la discipline est "corrompue"."

Ben, je vous l'ai déjà dit par des idées à la c..., comme celles que vous professez et qui font des racailles les "vraies" victimes.

"...de votre fondateur qui vont franchement remettre en question l'intégrité de la discipline."

Ce n'est même pas une question de manque d'intégrité mais d'engagement politique qui conditionne toute la réflexion, donc les conclusions.

Concrètement, ça débouche sur des verdicts comme celui-ci, dont la presse belge s'est faite l'écho le 22 mars :

"Le tribunal civil de Charleroi vient de renvoyer la victime de plusieurs actes de violences à sa propre responsabilité, la juge estimant déraisonnable d'afficher des signes extérieurs de richesse dans une région sinistrée comme celle de Charleroi, rapportent mardi plusieurs journaux." La Dernière heure, du 23.03.2010.

On ne sait pas si les auteurs des agressions étaient des "ethniques", mais si c'est la cas, on ne saurait dire avec certitude que leur origine a été déterminante dans cette sentence "criminologiquement correcte".

Écrit par : Scipion | 27/03/2010

@ Scipion

"Encore raté"

Pas vraiment, car en effet, je fais référence à l'état actuel de la criminologie (qui ne se réduit de loin pas à la seule revue que vous mentionnez) et non pas à celui qui était alors en vigueur il y a 20 ans.

"Ben, je vous l'ai déjà dit par des idées à la c..., comme celles que vous professez et qui font des racailles les "vraies" victimes."

Soit vous ne comprenez pas mon propos soit vous faites exprès de ne pas le comprendre (la deuxième option me semblant d'ailleurs plus probable quand même). La constatation selon laquelle les populations étrangères - en France ou en Suisse - sont plus exposées à la précarité et à la discrimination, respectivement arriver à la conclusion que la précarité et la discrimination constituent - parmi d'autres - des facteurs de la criminalité n'ont absolument rien à voir avec votre soi-disante "victimisation". Ces réalités ne constituent d'ailleurs aucunement des excuses pour les auteurs. Au niveau individuel, ces réalités importent même peu (et d'ailleurs seule une extrême petite minorité parmi les "ethniques" comme vous vous amusez à les qualifier commettent des infractions, la très très très grande majorité n'en commettant aucune, je vous le rappelle quand même...). Par contre, elles sont intéressantes pour esquiver des mesures qui permettent de réduire la criminalité. Il est indubitable que lorsque ces mêmes populations sont moins l'objet de discrimination ou de précarité, la criminalité diminue. Alors vous pouvez continuer à verser dans l'émotionnel, y voir une "victimisation" et trouver qu'il s'agit d'idées à la c..., n'empêche que ça vous la fout mal car c'est quand même assez béton comme "machin".

:-)

Quant à votre décision du tribunal civil de Charleroi, je ne vois mal ce qu'elle vient faire dans le présent débat. M'enfin, puisqu'on est dans l'anecdotique, je viens de lire aujourd'hui qu'un pitbull a été remis en liberté conditionnelle sur ordre d'une juge aux Etats-Unis après avoir passé deux semaines en "prison" pour avoir arraché le pare-choc d'une voiture de police (http://www.bluewin.ch/fr/index.php/138,260057/Le_pitbull_sen_prend_a_une_voiture_de_police__15_jours_au_trou/fr/news/faitsdivers/sda/). C'est fou quand même, non?

A part ça, il fait beau chez vous?

:o)

Écrit par : Ngabo | 27/03/2010

Je ne vais pas recommencer une discussion que nous avons eu vingt fois, y compris sur la propension de l'étranger à se mal comporter dès lors qu'il n'agit plus sous le regard des siens.

On pourrait développer à propos de la forme la plus haineuse, la plus xénophobe - eh oui, eux aussi ! - de la criminalité, à savoir le viol en Italie, où existent des statistiques ethniques que d'autres pays - notamment la France et peut-être l'Allemagne - n'osent pas faire.

On lisait l'an dernier, dans "La Stampa" sous la plume du Pr Luca Ricolfi, de l'Université de Turin, que la propension au viol des Roumains (les Roms, en réalité) est 17 fois plus élevée que celle des Italiens, et 1,5 fois plus élevées que celle des autres étrangers*.

Mais à quoi bon insister ? De toute manière, vos conviction et vos préjugés vous interdisent d'imaginer que certains peuples soient plus criminogènes que d'autres, que cette particularité découle vraisemblablement de leurs structures mentales et que ces structures mentales sont tout aussi vraisemblablement héréditaires.

On finira bien par trouver des généticiens - peut-être sont-ils déjà à l'oeuvre, contre l'hostilité de la communauté progessisto-scientifique - qui oseront pousser leurs recherches dans cette direction et identifier les gènes des comportements déviants, des prédisposions à la criminalité et des capacités cognitives, en fonction des appartenances communautaires.

Il y aura, bien sûr, des résistances farouches du côté de la secte droits-de-l'hommiste, mais le mythe existentialiste finira par s'effondrer, en vertu de l'axiome lincolnien qui veut qu'on puisse mentir à quelques-uns tout le temps, qu'on puisse mentir à tout le monde un certain temps, mais qu'on ne puisse pas mentir à tout le monde tout le temps.

"je fais référence à l'état actuel de la criminologie (qui ne se réduit de loin pas à la seule revue que vous mentionnez) et non pas à celui qui était alors en vigueur il y a 20 ans."

Moi, je ne fais pas "référence à l'état actuel de la criminolgie", mais aux préjugés idéologiques de l'immense majorité des criminologues, à la différence notable d'un Xavier Raufer, par exemple, ancien d'Occident - un vaccin contre la bêtise angélique -, chargé de cours à l'Institut de criminologie de Paris, qui observait récemment que, depuis le début de la crise, la criminalité avait tendance à régresser aux Etats-Unis, et en particulier avec une diminution des homicides. Sans que cela puisse être, sérieusement, porté au compte du mirliflor de la Maison Blanche :

"Quant à votre décision du tribunal civil de Charleroi, je ne vois mal ce qu'elle vient faire dans le présent débat."

Alors, c'est que vous êtes beaucoup plus obtus encore que je ne l'imaginais. Et pourtant, je vous assure que je ne vous surestimais pas.

Nous sommes ici à un point de convergence de la justice et de la criminologie qui, avec une touchante unanimité, professent que le Méchant est celui qui possède et le Bon, celui qui ne possède pas, indépendamment des comportements de l'un et de l'autre.

* http://www.lastampa.it/_web/cmstp/tmplRubriche/editoriali/gEditoriali.asp?ID_blog=25&ID_articolo=5628&ID_sezione=&sezione=

Écrit par : Scipion | 27/03/2010

Ngabo, Dans le cadre de mon service après-vente, je vous offre une petite citation de Xavier Raufer, déjà nommé, qui vous plaira, j'en suis sûr :

« Je veux bien que tous les travaux de prévention soient merveilleux, mais ça ne fait que s’aggraver depuis 30 ans. Je ne pense pas que la puberté en Seine-Saint-Denis et dans la Creuse se manifeste de manière différente. Et cependant il y a des endroits où on en finit par tirer à la Kalachnikov sur les cars de police, et d’autres où on ne le fait pas.
« Ce qui est en cause chez ces individus, c’est leur mode de vie, leur culture. Le fait de hurler, de dominer, et d’imposer un rapport de force, c’est la définition pure et parfaite du voyou.»

Et pour le contexte du propos : http://www.fdesouche.com/articles/43831

P.S. - Je ne pense que vos criminologues à vous, vos sommités, soient capables de ce type d'analyse.

Écrit par : Scipion | 27/03/2010

@ Scipion

"vos conviction et vos préjugés vous interdisent d'imaginer que certains peuples soient plus criminogènes que d'autres"

Je colle à la réalité et je ne recours pas à l'imaginaire pour me forger une conviction.

"On finira bien par trouver des généticiens"

En fait, cela fait des siècles que les tentatives "scientifiques" se poursuivent afin de démontrer qu'il existe ce qu'il n'existe en réalité que dans vos fantasmes. Je dirais même que vous auriez été plus heureux en vivant dans le passé, où les scientifiques étaient alors plus proches de votre idéologie. Il suit de ce qui précède que l'évolution actuelle est perçue par votre personne comme une régression, voilà tout. Et tout ne s'explique pas par des "préjugés idéologiques". A vrai dire, nous pouvons même nous accorder au moins sur le fait que les préjugés idéologiques ne sont pas plus d'actualité qu'ils ne l'étaient par le passé.

Vous vivez dans un rêve, mon vieux, rêve dont vous trouvez la confirmation dans votre manière d'appréhender les choses de manière sélective, partielle et partiale. Vos exemples et vos références vous aident à le perpétuer.

Écrit par : Ngabo | 27/03/2010

Mais c'est que l'on va nous faire la leçon!
Notre expérience, nos vécus sur notre territoire avec notre histoire ce n'est rien, que de l'égocentrisme ?!?
Nous devrions maintenant comprendre que la vérité, et elle seule, vient de la bouche de l'étranger. Celui qui a connu les guerres à la machette, les guerres éthniques. Ceux qui ne font rien chez eux, qui ne s'investissent pas pour développer leur pays.....!Non bien sûr pas nécessaire, c'est plus simple on va à l'étranger chez ceux qui sont sortis de la misère du début du 20ème siècle et qui ont si bien su travailler dur pour s'offir des sécurités sociales, des allocations familiales et des revenus convenables!
On se sert et en plus on dénigre, histoire de bien faire comprendre qu'en appuyant sur le bouchon, la civilité de ces-gens-là fera office de machettes!

Non, si nous n'avons pas connu la guerre c'est que nous avons su ne pas la faire. Si nous avons travaillé dur c'est pour assurer un avenir à nos enfants pour qu'ils ne connaissent pas le sort de nos grands-parents!

Notre esprit civil est ancré dans le respect des traditions, des Anciens, des valeurs!
M'enfin....Ngabo cela doit pas vous dire grand chose!

Chez nous c'est chez nous! Sont bienvenus ceux qui veulent adhérer et coopérer dans le même esprit!
Les autres c'est dehors! Nous n'avons pas besoin de mauvais exemples ni de diatribes qui ne déculpabilisent que ceux, d'ici ou d'ailleurs, qui ont des choses à se reprocher!

"Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire" Jean Ferrat (Nuit et Brouillard)

Écrit par : Corélande | 27/03/2010

@ Corélande

Bon sang, que d'émotions dans votre message.

:-)

Euh, je ne vois pas le rapport avec mon propos, si ce n'est que vous allez un peu vite en besogne en estimant vraiment mais vraiment très facilement que le respect des "traditions, des Anciens et des valeurs" ne signifie rien pour moi.

Qui êtes-vous, Corélande, pour m'apprendre à moi ce qu'est le respect des traditions, des Anciens, des valeurs?

Je suis intimement persuadé que ma position est bien plus proche de nos traditions et de nos valeurs que la vôtre, m'enfin, ce n'est pas vraiment le sujet il me semble. C'est vous qui tentez de donner une leçon, du moins quand votre propos n'est pas sans rapport avec la discussion, ce qui réduit quelque peu l'exercice auquel vous vous êtes livré.

Écrit par : Ngabo | 27/03/2010

Cher Scipion!
Pourquoi vous abaissez-vous à ferrailler avec ce Ngabo, dont la diarrhée verbale est tellement indigeste que personne ne la lit et dont le seul effet est de le cataloguer très clairement. Il se juge tellement plus intelligent que nous! Sa seule ambition en intervenant dans les blogues est manifestement de chercher à claquer le bec aux auteurs dont les opinions lui déplaisent. Merci Corélande, votre intervention était très pertinente et a touché juste à lire la réaction dudit Ngabo. Tellement énervé qu'il babole complètement dans sa dernière phrase...

Écrit par : Emigré | 27/03/2010

A vous relire je ne doute pas une seconde que vous soyiez bien plus proche de vos traditions et valeurs que celles en lesquelles je crois et que j'ai transmises à mes enfants!

Faites de beaux rêves, grâce aux étoiles qui brilleront dans notre ciel suisse, cette nuit.

Écrit par : Corélande | 27/03/2010

@ Corélande

Je vous remercie, mais je ne suis pas prêt à aller au lit (je vis à l'étranger et c'est encore un peu tôt ici).

@ Emigré

Merci pour votre contribution ô combien enrichissante et fine.

Écrit par : Ngabo | 27/03/2010

Corélande, quand vous dites "nous", pourriez-vous préciser au nom de qui vous vous exprimez et à quel titre ?

Si, comme il me semble comprendre, vous le faites au nom des Suisses, je vous arrête tout de suite, vous n'en avez pas la légitimité et ils ne vous demandent rien...

Écrit par : Anne | 27/03/2010

Après mes deux dernières interventions (en date), qui étaient assez bien ficelées, il vous restait, apparemment, deux attitudes possibles, le jet de l'éponge qui ne vous ressemble pas, et la dérision grinçante sur fond de rire jaune. Mais vous avez choisi la voie médiane : celle des âneries. Tant pis pour vous.

« En fait, cela fait des siècles que les tentatives "scientifiques" se poursuivent afin de démontrer... »

Alors que vous me taxez d'archaïsme, c'est vous qui en êtes resté à Vacher - votre côté bredzon, j'imagine - de Lapouge, à notre compatriote le Pr George Montandon et à Wolfram Sievers... Mais nous sommes à l'époque du Pr James Watson et du « Projet génôme humain ».

« A vrai dire, nous pouvons même nous accorder au moins sur le fait que les préjugés idéologiques ne sont pas plus d'actualité qu'ils ne l'étaient par le passé. »

Et que deviendriez-vous sans les vôtres ? Parce que qu'est-ce que l'existentialisme sinon un préjugé idéologique qui a remplacé l’intenable mythe du bon sauvage ?

"...rêve dont vous trouvez la confirmation dans votre manière d'appréhender les choses de manière sélective, partielle et partiale. Vos exemples et vos références vous aident à le perpétuer. "

Bravo, sincèrement, pour cette petite merveille de langue de bois qui ne démontrent ni ne prouvent rien du tout, de la part d’un « charbonnier » qui ne dispose ni d’exemples ni de références.

Mais vous avez de qui tenir, après tout Albert Jacquard dit ce qu’il a trouvé et ce qu’il n’a pas trouvé, il ne parle jamais de ce qu’il a cherché et, surtout, de ce qu’il n’a pas cherché et ne chercherait jamais, même s’il n’était pas très vieux… :o)

P.S. – Comme je crains que vous ne vous en souveniez pas, je vous le remets : « « Ce qui est en cause chez ces individus, c’est leur mode de vie, leur culture. »

Écrit par : Scipion | 28/03/2010

Après mes deux dernières interventions (en date), qui étaient assez bien ficelées, il vous restait, apparemment, deux attitudes possibles, le jet de l'éponge qui ne vous ressemble pas, et la dérision grinçante sur fond de rire jaune. Mais vous avez choisi la voie médiane : celle des âneries. Tant pis pour vous.

« En fait, cela fait des siècles que les tentatives "scientifiques" se poursuivent afin de démontrer... »

Alors que vous me taxez d'archaïsme, c'est vous qui en êtes resté à Vacher - votre côté bredzon, j'imagine - de Lapouge, à notre compatriote le Pr George Montandon et à Wolfram Sievers... Mais nous sommes à l'époque du Pr James Watson et du « Projet génôme humain ».

« A vrai dire, nous pouvons même nous accorder au moins sur le fait que les préjugés idéologiques ne sont pas plus d'actualité qu'ils ne l'étaient par le passé. »

Et que deviendriez-vous sans les vôtres ? Parce que qu'est-ce que l'existentialisme sinon un préjugé idéologique qui a remplacé l’intenable mythe du bon sauvage ?

"...rêve dont vous trouvez la confirmation dans votre manière d'appréhender les choses de manière sélective, partielle et partiale. Vos exemples et vos références vous aident à le perpétuer. "

Bravo, sincèrement, pour cette petite merveille de langue de bois qui ne démontrent ni ne prouvent rien du tout, de la part d’un « charbonnier » qui ne dispose ni d’exemples ni de références.

Mais vous avez de qui tenir, après tout Albert Jacquard dit ce qu’il a trouvé et ce qu’il n’a pas trouvé, il ne parle jamais de ce qu’il a cherché et, surtout, de ce qu’il n’a pas cherché et ne chercherait jamais, même s’il n’était pas très vieux… :o)

P.S. – Comme je crains que vous ne vous en souveniez pas, je vous le remets : « « Ce qui est en cause chez ces individus, c’est leur mode de vie, leur culture. »

Écrit par : Scipion | 28/03/2010

"Pourquoi vous abaissez-vous à ferrailler avec ce Ngabo, dont la diarrhée verbale est tellement indigeste que personne ne la lit et dont le seul effet est de le cataloguer très clairement. Il se juge tellement plus intelligent que nous!"

Il ne me paraît pas inutile de montrer la faiblesse de ses raisonnements et les failles de ses croyances. Et si cela permet, en plus, d'enrichir l'argumentaire de nos amis, ce n'est vraiment pas du temps perdu.

Écrit par : Scipion | 28/03/2010

Anne, si vous ne vous reconnaissez pas dans mes propos vous devez d'office vous sentir exclue, ce n'est donc pas un problème.

La Suisse appartient aussi à plus d'un million et demi de votants au parti du sigle avec soleil. Je me reconnais en eux et eux savent certainement me reconnaitre parmi eux.

Reconnaissez que le "Nous" pour un million et demi est justifié...non?

Et comme je pleure Ferrat en ce moment, ces quelques extraits si bien chantés:

"Ainsi donc ainsi donc il n'y aurait plus rien à faire qu'à mettre la clé sous la porte de ce château sombre et désert où gisent nos illusions mortes.......
Tout demain devra disparaitre des choses que l'on a cru vraies. Et dans ce monde à la dérive, pareils aux autres animaux, nous n'aurions d'autre choix pour vivre que dans la jungle ou dans le zoo!"

Écrit par : Corélande | 28/03/2010

@ Scipion

"Ce qui est en cause chez ces individus, c’est leur mode de vie, leur culture"

Nous avons déjà fait 10 fois ce débat, là, je ne reviendrai donc pas là-dessus.

"Parce que qu'est-ce que l'existentialisme sinon un préjugé idéologique qui a remplacé l’intenable mythe du bon sauvage ?"

Ce que vous ne comprenez pas, c'est que je suis au-delà de cette problématique. L'important est surtout de savoir quelles sont les méthodes pour vivre convenablement en société. Et vos méthodes n'apportent que malheur et désolation. Donnez-moi un seul régime politique auquel vous adhérez et que vous estimez être bon? Essayez de me démontrer en quoi le repli sur soi et le rejet de l'autre car soi-disant trop différent culturellement a amené un jour du positif dans une société? Un exemple? Dans le cas contraire, que prônez-vous? Une immigration zéro et le renvoi chez "eux" de tous les non-blancs? Quel est votre programme politique, Président Scipion?

Écrit par : Ngabo | 29/03/2010

"Quel est votre programme politique?".

Depuis 2009 Christoph Blocher Président pour une année ou pour 4 ans et nous n'aurions jamais eu si honte!

D'ailleurs aujourd'hui nous avons la preuve par 27 qu'il avait raison quand il a convaincu la majorité de l'électorat de ce pays a refusé l'EEE et par conséquent l'adhésion à l'UE.

Écrit par : Corélande | 29/03/2010

@ Corélande

Yoyo n'est pas un "programme politique" et surtout, c'est un "has-been" qui s'est fait éjecté après en avoir fait de bien belles (de conneries donc). La honte, c'est d'avoir laissé un type comme lui remplir d'aussi hautes fonctions.

Écrit par : Ngabo | 29/03/2010

« L'important est surtout de savoir quelles sont les méthodes pour vivre convenablement en société. »

Si de telles méthodes existaient, les philosophes de l’Antiquité auraient déjà codifiés tout ça et ils auraient commencé par rabibocher les cités grecques. Pour notre part, nous avons tout essayé à l'exception des psychotropes.

La toute première règle, c’est de ne pas faire vivre ensemble des gens qui ne sont pas faits pour ça : Ce que vous refusez d’admettre en dépit de la multiplicité des exemples qu’on peut puiser tant dans l’histoire que dans l’actualité : des Serbes et des Croates, des Flamands et des Wallons, des Basques et des Espagnols, des Hutus et des Tutsis, des Slovaques et des Tchèques, mais aussi des chrétiens et des musulmans…

Les Israéliens et les Palestiniens font mieux que tous les autres, puisqu’à moins de vingt millions, ils réussissent à empoisonner la vie de toute la planète. Quant à cet exemple de réconciliation qu’est l’Afrique du Sud, je crains, depuis des mois, qu’on ne s’y achemine vers des règlements de comptes meurtriers d’une violence inouïe*.

Au matin du 12 juillet, il ne restera plus, de la fête du football, que la gueule de bois des lendemains de bamboche et plus rien d’euphoriquement rassembleur. Les populations noires et, en particulier, la génération post-apartheid des 15-25 ans, se retrouveront face au même constat de désespérante stagnation, c’est-à-dire d’un futur qui ressemble trait pour trait à leur présent, mais aussi au passé de leurs parents.

« Et vos méthodes n'apportent que malheur et désolation. »

Tandis qu’avec les vôtres tout baigne, c’est ça ? En fait, mes méthodes, comme vous dites, tendent à éviter l’amorçage de bombes à retardement qui, dans quelques années, péteraient à la g… de gens qui n’en sont pas responsables.

Je parle ici pour la Suisse, parce que pour la France, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Grande-Bretagne, c’est déjà trop tard.

« Essayez de me démontrer en quoi le repli sur soi et le rejet de l'autre car soi-disant trop différent culturellement a amené un jour du positif dans une société? Un exemple? »

Je ne peux, malheureusement, que donner des exemples où le rejet n’a pas fonctionné, puisque là où il a fonctionné, il n’y a eu ni troubles, ni désordres ni affrontements. En revanche, il a clairement échoué dans les Amériques, en Australie, en Anatolie, au Sri Lanka, au Kosovo, et dans divers autres endroits où une population d’importation en a supplanté une autre.

« Une immigration zéro et le renvoi chez "eux" de tous les non-blancs? »

C’est du cas par cas, et suivant les pays et les régions. Les pays les plus touchés n’échapperont pas aux enclaves ethniques et religieuses, auxquelles il faudra accorder de larges autonomies internes. La création d’un arrondissement musulman a déjà été revendiquée à Amsterdam, ce qui a été refusé, mais qui se fera à court ou à moyen terme.

Par ailleurs, il faudrait voir à arrêter avec votre fixation sur les couleurs de peau. Les pays arriérés d’Europe sont tous rigoureusement blancs. Le plus arriéré d’entre eux s’est épanoui – c’est de la dérision – dans l’espace et dans le temps, entre Athènes et la république de Raguse. Ce qui démontre que l’aptitude au développement n’est pas contagieuse.

En dollars internationaux Geary-Khamis son PIB/hab. a atteint entre 1900 et 1910, celui que la Suisse connaissait en l’an 1600. Actuellement, il continue à végéter à mi-chemin entre le Moyen Age et les pratiques les plus évoluées de la criminalité organisée.

« Quel est votre programme politique, Président Scipion? »

Dans l’immédiat, contrer tout ce qui va dans le sens de la tiers-mondisation démographique de la Suisse, et dans celui de son corollaire, l’islamisation. Un chantier devrait s’ouvrir prochainement, celui de l’interdiction des carrés confessionnels dans les cimetières, une pratique qui tend à se répandre en catimini.

* Alors que dans les campagnes, les atrocités de matrice terroriste sont déjà fréquentes depuis quelques années.

Écrit par : Scipion | 29/03/2010

Corélande, non, je ne me reconnais pas dans vos propos et ne me sens pas exclue pour autant.
Vous prétendez donc que tous les électeurs UDC pensent comme vous. J'en doute, mais soit, si vous le dites... Commencez donc vos phrases par "nous électeurs de l'UDC", ce sera plus juste.
Pour le reste, récupérer des paroles de Ferrat pour appuyer vos propos, quand on connait l'engagement et les idées du bonhomme est pour le moins malhonnête. Laissez-le donc reposer en paix !

Écrit par : Anne | 29/03/2010

@ Scipion

"Ce que vous refusez d’admettre en dépit de la multiplicité des exemples qu’on peut puiser tant dans l’histoire que dans l’actualité"

Les exemples ont leur contexte historique que vous semblez oublier un peu vite. C'est bien parce que parfois nous avons imposé à des gens qui ne le voulaient pas de vivre ensemble que cela a créé des problèmes. Et parfois encore, les gens vivaient bien ensemble avant que ça dégénère.

"Quant à cet exemple de réconciliation qu’est l’Afrique du Sud"

Je ne partage pas votre avis et je n'appelle pas cela un exemple de réconciliation, ni dans un sens ni dans l'autre d'ailleurs.

"Les populations noires et, en particulier, la génération post-apartheid des 15-25 ans, se retrouveront face au même constat de désespérante stagnation, c’est-à-dire d’un futur qui ressemble trait pour trait à leur présent, mais aussi au passé de leurs parents."

C'est encore pire que cela, le fossé n'est pas seulement entre communautés, mais aussi entre riches et pauvres. Et parmi les riches, il n'y a pas que des blancs.

"Tandis qu’avec les vôtres tout baigne, c’est ça ?"

Je crois qu'une société se porte mieux lorsqu'elle reconnaît et garantit les libertés individuelles indépendamment de l'origine ou de la culture. La vie en Occident s'est nettement améliorée depuis que les libertés individuelles ont été mieux protégées et toute tentative de limiter ces libertés engendre la plupart du temps un déséquilibre.

(Les libertés sont au surplus bien "coordonnées" dans notre système constitutionnel suisse qui est une merveille je trouve)

"Je ne peux, malheureusement, que donner des exemples où le rejet n’a pas fonctionné, puisque là où il a fonctionné, il n’y a eu ni troubles, ni désordres ni affrontements."

Où est-ce que cela a fonctionné? Un exemple?

"Dans l’immédiat, contrer tout ce qui va dans le sens de la tiers-mondisation démographique de la Suisse, et dans celui de son corollaire, l’islamisation."

Je ne connais personne en Suisse qui soit pour "l'islamisation" de la Suisse. Et ce n'est pas parce que la Suisse accepte (d'ores et déjà) au compte-goutte une minorité issue du tiers-monde que cela amène une "tiers-mondisation démographique" ni une islamisation. Vous fabulez mon pauvre. En fait, ça vous dérange de croiser un type qui n'a pas la même culture que vous (mais vous ne faites pas de fixation sur la couleur de la peau: je suis persuadé que quand vous croisez un arabe et un noir à la Migros ou chez le coiffeur, vous n'avez aucun préjugé et accepté avec joie l'idée que peut-être il est issu de la même culture que vous et partage les mêmes valeurs, n'est-ce pas) et qui soit un tant soit peu différent. Les conséquences pour la Suisse, d'un point de vue démographique et économique sont même positives.

En fait, vous vous cherchez des excuses "politiquement correctes" parce qu'en fait, vous ne pouvez pas les blairez, voilà tout. M'enfin, c'est pas un scoop.

Écrit par : Ngabo | 29/03/2010

"Où est-ce que cela a fonctionné? Un exemple?"

La Suisse, tout simplement.

"Et ce n'est pas parce que la Suisse accepte (d'ores et déjà) au compte-goutte une minorité issue du tiers-monde que cela amène une "tiers-mondisation démographique" ni une islamisation. Vous fabulez mon pauvre."

Ben non, c'est encore vous qui comprenez mal :o)

J'ai explicitement écrit : "En fait, mes méthodes, comme vous dites, tendent à éviter l’amorçage de bombes à retardement qui, dans quelques années, péteraient à la g… de gens qui n’en sont pas responsables." en précisant qu'en Suisse, il est encore temps pour éviter, à la différence d'autres pays que j'ai énumérés.

Vous restez égal à vous-même.

Écrit par : Scipion | 30/03/2010

@ Scipion

"Vous restez égal à vous-même."

J'espère bien. Cela dit, vous ne changez pas beaucoup non plus. :-)

La Suisse démontre au contraire qu'il est possible de faire cohabiter des populations de culture différente, avec des langues différentes, des religions différentes, et ce, depuis des siècles. La prise en compte des minorités est notamment une caractéristique de notre système. Et puis, des métissages, il y en a eu depuis des siècles en Suisse.

Vous mettez quoi dans votre tisane?

Écrit par : Ngabo | 30/03/2010

"La Suisse démontre au contraire qu'il est possible de faire cohabiter des populations de culture différente, avec des langues différentes, des religions différentes, et ce, depuis des siècles."

Depuis des siècles, vous le dites vous-même. C'est donc le fruit d'une longue cohabitation en même temps que d'une volonté d'avoir un avenir ensemble.

"La prise en compte des minorités est notamment une caractéristique de notre système."

Mais depuis, ça a tourné à la dictature de ces mêmes minorités et ce n'est plus tenable, parce que c'est l'hétérosexuel de race blanche, de confession chrétienne, non-toxicomane et au casier judiaciaire vierge, qui se retrouve marginalisé.

"Et puis, des métissages, il y en a eu depuis des siècles en Suisse."

Entre Indo-Européens à 98 %. Une partie non négligeable du problème, désormais, ce sont les étrangers à... gueule d'étrangers non phagocytables. Ceux dont les gens disent "Ca ne m'étonne pas" quand on leur rapporte qu'ils ont été emprisonnés pour viol ou brigandage.

"Vous mettez quoi dans votre tisane?"

Je ne vous le dirai pas. Votre estomac d'humaniste philanthrope, sectateur de l'Etat de droit et intégriste des droits de l'homme, n'y résisterait pas.

Écrit par : Scipion | 30/03/2010

@ Scipion

"Mais depuis, ça a tourné à la dictature de ces mêmes minorités et ce n'est plus tenable, parce que c'est l'hétérosexuel de race blanche, de confession chrétienne, non-toxicomane et au casier judiaciaire vierge, qui se retrouve marginalisé."

C'est tellement énorme que ce n'est même plus de l'exagération, c'est tout simplement faux. ça ne correspond pas à la réalité. Dramaturgie et hyperbole.

"Une partie non négligeable du problème, désormais, ce sont les étrangers à... gueule d'étrangers non phagocytables"

J'ai cru que le problème était culturel?

"Votre estomac d'humaniste philanthrope, sectateur de l'Etat de droit et intégriste des droits de l'homme, n'y résisterait pas."

C'est vrai que j'ai toujours eu l'estomac fragile. M'enfin, votre tisane, elle commence à m'intéresser.

Écrit par : Ngabo | 30/03/2010

"J'ai cru que le problème était culturel?"

Bien sûr qu'il est fondamentalement culturel.

Mais souvenez-vous* de ce que je vous ai déjà dit à propos des deux formes successives du racisme, la suspiscion quand on ne connaît pas et le rejet quand on connaît trop bien.

J'illustre : la première conduit à souhaiter ne pas avoir l'autre comme voisin de palier, la seconde conduit à déménager quand il s'est installé avec sa bruyante smalah et ses nauséabonds condiments.

* Si vous avez des problèmes de mémoire, vous devriez consulter, c'est peut-être le symptôme d'une redoutable maladie dégénérative. Je ne la nommerai pas, des fois que madame soit superstitieuse...

Écrit par : Scipion | 30/03/2010

@ Scipion

"quand il s'est installé avec sa bruyante smalah et ses nauséabonds condiments." " des fois que madame soit superstitieuse..."

Le seul sauvage ici, c'est bien vous. :-) Vous prenez vos fantasmes pour des réalités. En fait, vous n'y connaissez rien du tout, et cela, c'est bien un trait caractéristique des vieux fous qui partagent vos idées.

Écrit par : Ngabo | 30/03/2010

"Vous prenez vos fantasmes pour des réalités."

Tssssssss...

"Comment voulez-vous que le travailleur français qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, et bien le travailleur français sur le palier devient fou." Jacques Chirac, maire en exercice et futur président de république.

“Il est facile de s’asseoir ici, dans cette maison, et de dire : “Le racisme, c’est horrible, non ? ” Mais posez -moi même la même question si je devais vivre dans une maison voisine d’une famille jamaïquaine de six enfants qui écoute du reggae et du rock and roll toute la journée ! Posez-moi la même question si un expert immobilier venait m’apprendre que la valeur de ma maison s’était effondrée depuis qu’une famille jamaïquaine avait emménagé à côté ! Demandez-moi la même chose à ce moment-là !" George Steiner, philosophe, écrivain, essayiste et critique littéraire.

"En fait, vous n'y connaissez rien du tout, et cela, c'est bien un trait caractéristique des vieux fous qui partagent vos idées."

Vos arguments sont toujours frappé au coin de la même indigence intellectuelle : si votre femme n'est pas superstitieuse et si vous êtes sourd et anosmique, en plus de vos symptômes d'Alzheimer, je ne suis pas censé le savoir !

Écrit par : Scipion | 30/03/2010

@ Scipion

Toujours les mêmes citations à ce que je vois. Chirac, c'est peut-être la 15ème fois que vous me la sortez...

Écrit par : Ngabo | 30/03/2010

"Chirac, c'est peut-être la 15ème fois que vous me la sortez..."

On sent tellement que c'est du vécu, que je ne parviens pas à m'en lasser...

Et je la reproduis toujours en pensant que ce sera peut-être l'occasion pour un lecteur ami de la copier-coller dans ses archives...

Écrit par : Scipion | 30/03/2010

@Ngabo
Donneur de leçons aux pieds si loin du sol...à la tête bien noyée dans les nuages...
Allez, on se réveille?
BiznounoursLand, c'est pas ici, pas sur Terre..
C'est "même pas vrai..."

Plus d'hommes que de femmes chez les émigrés...(vous en avez fait le décompte?)
Les femmes commettent moins d'infractions...non, simplement ce ne sont pas les mêmes "terrains de jeux" et elles sont plus rusées!

La précarité etc...
Ben alors, pourquoi nos p'tits Suisses précarisés ne deviennent ils pas des délinquants?

Et à votre avis si lumineux, quel confiance accordez-vous à un "réfugié Kurde" (Turc en réalité) qui est venu se planquer en Suisse sous une fausse identité suite au meurtre de son neveu de 15 ans ?(ce galopin avait osé scier un arbre sur la propriété de tonton...)

Auriez-vous envie de l'engager pour garder vos gosses?

Si vous désirez d'autres exemples avec preuves, identités etc... à l'appui, je suis à votre disposition.

bonne journée

Écrit par : Mireille Luiset | 31/03/2010

@ Mireille Luiset

"Donneur de leçons aux pieds si loin du sol...à la tête bien noyée dans les nuages...
Allez, on se réveille?"

Z'êtes con ou quoi?

Pour avoir l'air moins imbécile lors d'un prochain débat, je vous invite à lire ce document http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/publikationen.Document.114047.pdf

p.12 : Sur le 1,7 million d’étrangers, 912’000 sont des hommes
et 791’700 des femmes.

p.9: Proportionnellement, les étrangers sont plus souvent
touchés par la pauvreté que les Suisses et sont aussi for-
tement surreprésentés parmi les working poor. En effet,
la part des personnes sans formation postobligatoire est
plus élevée parmi eux. En outre, ils travaillent plus sou-
vent dans des conditions de travail atypiques et fré-
quemment dans des branches où le niveau des salaires
est bas.

"Ben alors, pourquoi nos p'tits Suisses précarisés ne deviennent ils pas des délinquants?"

Pas tous les "précarisés" deviennent des délinquants (qu'ils soient étrangers ou suisses). M'enfin, la précarité est un facteur connu et reconnu de la criminalité, que cela soit chez les Suisses ou les étrangers. Z'avez décidément rien compris.

"quel confiance accordez-vous à un "réfugié Kurde""

Mais je m'en tape, Madame, de votre réfugié kurde! Qu'est-ce que votre exemple "à la con" vient faire ici?

"Si vous désirez d'autres exemples avec preuves, identités etc... à l'appui, je suis à votre disposition."

Non, c'est bon pour moi, vous pouvez rester à votre "BiznounoursLand". J'ai comme l'impression en effet que ce n'est pas de vous que je vais apprendre quelque chose.

Écrit par : Ngabo | 31/03/2010

@Ngabo

Vous vous êtes entraîné pour ou êtes-vous né comme cela?
Si c'est le cas,intentez un procès contre Dame Nature ^^

Écrit par : Mireille Luiset | 01/04/2010

Les commentaires sont fermés.