18/11/2010

Le choeur des pleureuses fait un bide

On croyait qu’elles faisaient semblant. Simonetta Somaruga (contre l’initiative UDC, pour le contre-projet PLR) et Ada Marra (contre toute forme de renvoi) de ne pas comprendre le texte de l’initiative qu’elles combattent. On restait admiratif devant leur jeu d’actrices mélodramatiques. Les masques sont tombés hier, à l’entracte, lors de la publication du sondage SSR. Les pleureuses ne jouaient pas : elles n’avaient pas compris la pièce. Si Mesdames Marra et Somaruga avaient lu, ne serait-ce que le titre de l’initiative UDC, elles auraient su que les Suisses votent le 28 novembre sur le renvoi des étrangers criminels. Elles se seraient renseignées et auraient appris que les criminels sont des personnes condamnées pour un crime. On leur aurait expliqué que les crimes (meurtre, viol, brigandage, traite d’être humains, trafic de drogue, escroquerie, etc.), se distinguent des délits (article 10 du code pénal) par la peine de 3 ans de prison qui leur est attachée.  Elles auraient immédiatement compris qu’en matière d’abus à l’aide sociale, l’UDC veut le renvoi systématique des personnes qui ont été condamnées pour le crime d’escroquerie (montage astucieux visant à faire payer à quelqu’un un montant qu’il ne doit pas). Mais que l’initiative ne s’adresse pas à ceux qui ont omis de déclarer un revenu. Car ce second comportement n’est pas un crime. Mais un délit. Mesdames Marra et Somaruga auraient dû lire le texte de l’initiative avant de monter sur scène. Elles se seraient épargné les vocalises sur le thème du « jardinage au noir » (Ada Marra) et autres sonates sur l’ « omission de déclarer » (Simonetta Somaruga) qui n’ont convaincu, le sondage d’hier en atteste, ni la critique ni le public.  

15:09 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

Commentaires

Je pense que votre texte montre bien l'état d'esprit de certains partis politiques suisses qui ne veulent pas comprendre l'initiative de l'UDC. Cette dernière, comme vous le dites si bien, vise une catégorie de personnes bien définie mais ils cherchent à faire croire à tout le monde qu'on peut l'utiliser à tout-va. Laissons le peuple décider, même si on connaît déjà la réponse. L'UDC, contrairement à eux, propose des solutions...

Écrit par : davide | 18/11/2010

Bonjour,
Merci pour vos éclaircissements. Tant je peux comprendre l'élue socialiste vaudoise, tant je n'admets pas l'erreur de la Conseillère Fédérale.
Si je trouve normal qu'une parlementaire se batte pour ses idées et "déforme" un peu la réalité d'un texte pour essayer de convaincre, je ne tolère pas cette attitude d'une "Gouvernante" Même si elle doit défendre, collégialité oblige, le texte du CF et du parlement, elle n'a pas le droit de ne pas connaître parfaitement le texte de l'initiative et encore moins de le déformer délibérément.

Écrit par : salegueule | 18/11/2010

Un ami, peut-être un peu macho, n'a eu comme réaction, qu'un:
"Bloooooondes!!!..."
Suite aux couacs neuronaux de ces dames ^^

Plus inquiétant est le fait que ce sont des personnes dites "de pouvoir" qui ne se donnent pas la peine de s'informer avant de s'indigner!

Mais aussi, la Conférence épiscopale s'est prononcée le 29 octobre dernier sur la votation concernant le renvoi des criminels étrangers.

Avec les mêmes ignorances du texte, des buts réels de l'initiative.

M. Fulvio Pelli, lui au moins est franchement d'une mauvaise foi sidérale.

Alors, entre l'ignorance, la mauvaise foi et la désinformation, je souhaite que l'électorat s'y retrouve et sache décider de son propre opinion, de l'avenir du pays et du respect de ses lois.


Bonne soirée

Écrit par : Mireille Luiset | 19/11/2010

Les commentaires sont fermés.