11/07/2011

Mendicité : le problème s’appelle Isabel Rochat

 

L’attitude des troupes de Madame Rochat face caméra (MAP 10.07.2011)  en dit long sur l’absence de conduite du Département genevois de la Sécurité, police et environnement. Des collaborateurs qui affichent leur démotivation active face à une loi démocratiquement adoptée par le Grand Conseil et qui justifient leur déprime par une contestation de la légitimité cette même loi ne font pas seulement acte de sabotage administratif : ils violent grossièrement le principe de la séparation des pouvoirs. Avec, en prime, cette suffisance genevoise parfaitement insupportable : on sait que pendant que notre administration cantonale divague, l'action efficace des policiers zurichois, bernois et tessinois, pour ne citer qu’eux, conduit  les mendiants à déplacer leur activité et leur séjour vers les rives accueillantes du bout du Lac. Madame Rochat, cessez donc d’attirer les mendiants à Genève !

 

 

10:29 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | |

Commentaires

Avec des références et une mise en contexte, ca permettrais de comprendre aux visiteurs de passage de votre blog de quoi il en retourne ...

Écrit par : djinius | 11/07/2011

Peut-être bien, mais on peut se demander, devant la constance ancienne de ce phénomène ( je ne parle pas d'Isabelle..) si le gouvernement genevois n'a pas contracté une dette politique ou, qui sait morale, à l'égard d'on ne sait quelle haute puissante instance secrète, qui ferait de Genève le réceptacle international obligé de toute la gent quémandeuse de la planète; la panique financière grecque a ouvert les cataractes d’Hellènes inondant notre beau canton de braves gens qui oublient qu'à Genève on DOIT payer des impôts et déclarer ses revenus au centime près, pratiques inconnues chez eux; et ce ne sont pas les milliardaires genevois qui financeront cet accueil massif, mais la classe moyenne qui doit déclares tous ses revenus, sans une once de pitié de l'Etat..Caveant consules...

Écrit par : Tonio | 11/07/2011

Ah ces mendiants, comment osent-ils être pauvre? C'est inadmissible de vouloir survivre en quémandant quelques pièces, alors que dans leurs pays ils sont évidemment tous millionnaires.

Ironie mise à part, je suis fier de partager cette "suffisance genevoise" qui remet parfois la législation de côté pour se recentrer sur ce que nous sommes : des êtres humains.

Écrit par : gael | 11/07/2011

Je vous invite, M. NIDEGGER, à un mois de stage avec les policiers que vous blâmez. Vous changerez de discours!

Écrit par : merlin | 11/07/2011

Il est magnifique ce reportage du Mise au point !

Continuez à mendier messieurs, dames ! ;)

Les mendiants n'ont pas les moyens de payer les contraventions donc ils ne faut pas les blâmer... Faut-il penser que les voleurs, violeurs, brigands, etc. et toute personne qui n'a pas d'argent peut tout se permettre ?

Écrit par : rocco | 11/07/2011

@ gael

Comment expliquez-vous que la Suisse verse 1 milliard à la Bulgarie et à la Roumanie et que dans le même temps ces deux pays laissent tomber les plus défavorisés d'entre eux ( les roms )?

Au lieu de vous en prendre aux genevois vous feriez mieux de vous en prendre aux gouvernements et aux classes dirigeantes de la Bulgarie et de la Roumanie.

Et puis à Mme Calmy-Rey dont ce serait le travail de hausser le ton sur cette question... ( Au lieu de nous faire sa campagne électorale en essayant de faire croire aux suisses qu'elle défend nos intérêts nationaux comme dans ses déclarations de ce dimanche que toute personne un peu avisée ne peut prendre au sérieux. )

C'est le département des affaires étrangère qui devrait hausser le ton, ou chercher des solutions. Ex. toute famille rom découverte ici dans la rue recevra une aide pour autant qu'elle retourne s'établir en roumanie et y scolarise et élève correctement ses enfants. Le montant de chaque aide familliale apporté par la Suisse est déduit du montant de 1 milliard promis à ces deux pays.

Si la Bulgarie et la Roumanie veulent toucher notre argent sans rien faire pour leur couches les plus défavorisées c'est à nous de le faire et à leurs frais.


Mais au lieu de cela vous culpabilisez les genevois qui n'en peuvent. Il ne faut tout de même pas exagérer, les suisses paient des impôts et organisent leur redistribution pour que personne n'ait à mendier dans ce pays. Ils ne sont quand même pas responsable de toute la misère du monde ! Et l'on peut donc comprendre qu'ils s'exaspèrent alors de se voir culpabiliser en permanence...

Vous voulez faire quelque chose, alors cessez de culapibiliser les genevois et les suisses et interpellez le département des affaires étrangère et Mme Calmy-Rey, interpellez les associations de défenses des roms et demandez leur d'aller défendre les droits des roms en Roumanie et en Bulgarie, c'est là-bas qu'ils en ont besoin, pas ici.

Et de grâce arrêtez avec votre petite morale judéo-chrétienne qui n'a jamais apporté aucune solution à la pauvreté.

Écrit par : 022 | 11/07/2011

Critique un peu facile cher Monsieur. Pour vous comme pour tous les parlementaires, quelle que soit la tendance, il suffit de voter une loi pour régler un problème. Or personne, je dis bien PERSONNE ne s'inquiète de l'applicabilité de ces lois. C'est comme pour le bonneteau ! Vous vous félicitez d'avoir réglé le problème... Il ne s'agit que d'une loi cantonale et la peine prévue est la contravention ! La belle affaire !!! Quand les parlementaires daigneront descendre de leur piédestal et se renseigner auprès des professionnels pour leur demander ce qui serait utile, efficace, et non contre-productif, le parlement genevois accouchera peut-être enfin de lois qui servent à quelque chose !

Et compter sur les ronds de cuir du Départment pour vous éclairer de leur expertise dans les commissions, ça ne sert strictement à rien. Vous aurez des réponses de gestionnaires qui comme vous ne connaissent que la théorie. Le monde réel est bien différent, mais vous ne pouvez pas vous en rendre compte d'où vous êtes !!!

Écrit par : Azragod | 11/07/2011

Le reportage de MAP avait comme vocation de démonter l’ineptie de cette loi voulant que la mendicité soit désormais amendable. Autant dire que le but est atteint ; en plus de fournir du travail démotivant à des fonctionnaires, les amendes distribuées aux mendiants nous coûtent nettement plus cher qu’elles nous rapportent. C’est même carrément de l’argent du contribuable jeté par les fenêtres.

Encore une fois, en voulant jouer les pères fouettards intransigeants, nos politiciens les plus réacs n’ont pas réalisé à quel point ils s’attaquaient à un problème complexe qu’on ne règle pas en deux coups de cuillers à pot. C’est bien beau de faire dans la démagogie et de se la jouer défenseur de la tranquillité des bons citoyens, encore faut il être efficace.

Par ailleurs, en admettant que l’UDC parvienne un jour à trouver LA solution idéale pour que les suisses ne soient plus confrontés aux «roms », cela signifierait juste qu’on se serait débarrassé de la patate chaude en…. la refilant à nos voisins. Woaw, quelle approche constructive !

Écrit par : Vincent | 11/07/2011

MAP avance que les mendiants perçoivent peu d’argent, c’est faux. Il est facile d’observer et de constater que la mendicité à Genève est très bien organisée et chaque mendiant reverse par tranche journalière sa recette à un percepteur de réseau, une recette quotidienne peut atteindre la centaine de francs. La libre circulation des personnes prévoit qu’un européen doit pouvoir subvenir à ses besoins, il n’y a aucune raison que Genève accueille toute la misère du monde. Ceux qui encouragent la mendicité n’ont qu’à offrir le gîte, le couvert et du travail à ces personnes déshéritées.

Écrit par : Aurélien | 11/07/2011

Les commentaires sont fermés.