06/10/2011

Genève menacée par une crise grecque ?

(Sécurité financière:  Commentaire d’actualité suisse n° 3 du 6 octobre 2011)

On dit qu’à l’inverse de la dette grecque, la dette suisse ne risque pas de couler le pays. C’est peut-être vrai pour la Confédération. Mais dans une canton comme Genève, la dette publique par habitant avoisine celle des grecs. Le Canton est-il aussi « too big to fail » ?

Depuis des semaines, la Grèce fait l’ouverture du téléjournal. Athènes : les ministres grecs préparent un xième plan de sauvetage. Bruxelles : Monsieur Papandreou négocie le soutien des Européens avec Monsieur Barroso. Paris, Berlin : Monsieur Sarkozy, Madame Merkel vendent le plan grec à leurs cabinets et parlements respectifs. Athènes : le peuple est dans la rue, le plan est quasi insupportable. Et l’exercice de repartir pour un tour. Et les téléspectateurs que nous sommes de compatir au malheur d’un peuple ami, quoi que si différent.

La crise grecque tient en trois mots : trop de dettes.

Fin 2010, la dette publique externe de la Grèce totalisait 579 milliards de dollars, soit 53'984 dollars par tête d’habitant (source CNBC).

La Grèce est un pays centralisé. Ce  n’est pas le cas de la Suisse, où coexistent une dette fédérale, des dettes cantonales et des dettes communales.

Fin 2010, la dette publique genevoise par habitant atteignait 32'427 dollars, soit 29'833 francs suisses au cours actuel (source UBS, « La Suisse en chiffres »). A ceci s’ajoute la dette fédérale par habitant, soit  15'277 dollars (14'055 francs suisses). La seule dette monétaire cantonale est ainsi de 47'704 dollars par habitant. A ceci s’ajoute la dette (variable) des communes. Et encore les garanties de paiement non couvertes données aux caisses de pensions du personnel de l’Etat : plusieurs milliards supplémentaires qui ramène la dette publique genevoise tout près du montant de 53'984 dollars de la dette grecque par habitant.

Les genevois vont-ils aller se faire voir chez les grecs ?

On vote le 23 octobre !

10:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.