14/12/2012

« Faire craquer la Suisse »

 

Chronique parue dans Le Matin du 14 décembre 2012

Les travaux parlementaires étrangers devaient être une matière obligatoire des écoles de journalisme : Commission d’enquête sur les actifs hors de France et leurs incidences fiscales, rapport  673 du 17 juillet  2012 au Président du Sénat français : 

« Pour les affaires de blanchiment et de fraude fiscale, on obtient de nos collègues suisses une entraide remarquable. On envoie le lundi une demande pour identifier dans une banque un compte bancaire dont on n’a pas le numéro, le mercredi le compte est bloqué. Mais un certain nombre de conventions conclues avant mars 2009 ne lèvent pas le secret bancaire en matière fiscale. Et les accords Rubik  non seulement empêchent l’application de l’impôt sur la fortune et de tout impôt progressif  mais entravent gravement l’action de l’Union européenne en matière de lutte contre l’opacité fiscale. Nul n’ignore le rôle majeur de la Suisse en matière de défense du secret bancaire. Si l’on fait craquer la Suisse, on déstabilise l’ensemble des paradis fiscaux (Luxembourg, Autriche, Lichtenstein), c’est pourquoi on cible ce pays. Le Luxembourg est fondateur de l’Union européenne et sa réputation est théoriquement bonne mais son comportement est celui d’un affreux petit canard ! Avec l’Autriche, il met la directive épargne en situation de blocage absolu. Et pour gagner du temps ces deux Etats  se réfèrent à la Suisse. La classe politique suisse est relativement fragile : lorsque l’on passe à l’offensive, elle a tendance à accorder des concessions, il  faut donc continuer à mettre la pression sur ce territoire. »

 

 

 

 

14:38 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

Commentaires

mais bien sûr! où les français jouent le jeu de l'ensemble de l'UE, soit dans le camp de la Grande Bretagne, non listée bien sûr parmi les paradis fiscaux

où c'est la place financière de Londres (l'une des + puissantes...) qui continue son travail de sape de son proche concurrent, la place financière de Zurich.
Et ça marche, jusqu'au sein des banquiers suisses!

Ajouter, sous le sapin de noël, des réservations de bancs, à l'école dont vous parlez,
pour l'ensemble de notre conseil fédéral.

Écrit par : Aloïse | 14/12/2012

Pauvres citoyens européens! Ils sont gouvernés par des vautours! Et ils se laissent faire, et ils paient pleins pots pour ce genre de représentants populaires.
Ah, il fait bon être Suisse, Patriote et nationaliste; les fondamentaux du respect de l'homme libre et fière de ses racines.
Tenons bon, ne laissons plus rien passer, et attendons qu'ils s'écroulent!
Ca ne va pas manquer!

Écrit par : Corélande | 14/12/2012

Les commentaires sont fermés.